Le Pazo ou palais de O Coton à Negreira (forteresse médiévale)

Santiago de Compostela - Negreira

Parcours :

Une étape de 20,7km pour 5h15 de pérégrination. Ce sera la première après Santiago et la 37e étape si vous considérait que Compostelle n'était qu'une étape avant la fin des terres. Lancée d'une façon abrupte,la phrase pourrait surprendre et choquer le marcheur venu jusqu'à Saint Jacques, qu'il soit chrétien fervent ou simple randonneur . Pourtant, des le Moyen Age nombreux étaient ceux qui poussaient leur chemin jusqu'au cabo Fisterra, ne serait ce que pour rapporter avec eux les fameuses "conchas", "vieiras" ou coquilles Saint Jacques . La sortie de Compostelle promet le plus beau point de vue sur la ville et la cathédrale. Mais il faut déjà regarder devant soi, retrouver les sentiers forestiers, les eucalyptus, les "horreos" et toute la faune des basses-cours. Un petit bijou vous attend sur les rives du rio Tambre. PONTE MACEIRA est un village modeste, mais d'une beauté presque parfaite. Pont médiéval, chapelle San Vrais et calvaire, demeures aux allures de manoirs bretons. Tout est taillé dans une pierre de granit dont on se plaît à caresser le grain. NEGREIRA n'a pas autant de charme à dévoiler, mais son refuge vous abritera pour la nuit. Le moment fugitif de goûter pleinement au plaisir d'avoir retrouvé le Chemin...

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

On aurait pu penser que la place de l'Obradoiro était une fin en soi et que toute tentative pour en sortir et poursuivre plus loin ne pourrait se concevoir qu'au prix d'un tracé labyrinthique tiré par les cheveux et semblant mener nulle part. Bien au contraire: une sortie dérobée à un angle de la place la plus célèbre de Compostelle nous fait descendre la rua das Hortas, qui file aussitôt, rectiligne et toute tendue vers l'ouest. Un tracé aussi volontaire révèle un itinéraire longuement emprunté et foulé par les cohortes du passé. Une superbe chênaie entoure les murs d'enceinte de l'ancien monastère San Lourenzo, qui fut fondé en 1216 par l'évêque de Zamora, martin Arias. Cédé aux franciscains à la fin du XIVe siècle, il demeura entre les mains des moines jusqu'à la promulgation des lois de "Desamortizacion"de Mendizabal en 1836, date à partir de laquelle, il devint une propriété privée appartenant à la duchesse de Medina de la Torres. L'église médiévale a reçu des ajouts Renaissance et baroque. Le cloître, avec ses buis taillés, est d'une remarquable élégance. SARELA DE BAIXO, hameau perché sur une colline n'a d'autre intérêt que sa vue magnifique sur la cathédrale et la vieille ville de Compostelle.C'est l'occasion de voir une dernière fois, et dans sa totalité, la façade du sanctuaire de l'apôtre qui miroite de mille feux dans le soleil couchant.A partir de ce point, le chemin se faufile à travers des forêts d'eucalyptus et croise des hameaux. QUINTANS est un coquet village avec des habitations de granit, des horreos et des treilles chargées de vignes.On y découvre également un pont médiéval sur le rio de Roxos restauré récemment.Passé par le col do Vento d'altitude modeste (174m), nous abordons une nouvelle vallée où nous rencontrons un second pont médiéval à AUGAPESADA (eau tremblante), lequel enjambe le rio Rego dos Pasos. L'ouvrage est prolongé par quelques mètres de Calzada, l'ancien Camino Real. Cet ancestalchemin royal a été reconstitué ici et là dans l'ascension qui conduit au col Alto do Mar de Ovellas (272m). On remarquera dans le hameau de TRASMONTE, abondamment ombragé, l'église Santa Maria et son élégant clocher baroque en granit, propre au style de Compostelle, mais qui n'edst pas sans rappeler l'architecture Renaissance des édifices religieux bretons. PONTE MACEIRA est un superbe village qui s'étend sur chaque rive du rio Tambre dans un décor magnifique. Ici, le gris domine, mais le gris chaleureux de la pierre, le granit est partout: sur les façades blasonnées des maisons, sur les moulins, sur la chapelle San Brais trapue et portant si pleine de finesse, sur le pont si long et même sur le fleuve avec ses gros blocs qui émergent dans le courant. Le pont retient particulièrement l'attention avec ses cinq arches et son tablier en dos d'âne très bombé. Sa construction remonte au XVe siècle, mais il a fallut le reconstruire au XVIIIe siècle après des crues dévastatrices du Tambre.Tous les pèlerins se rendant de Compostelle au Finisterre l’empruntèrent. La chapelle San Brais est romane, mais fur remaniée par la suite.Dominant le village, le palais Baladron, bâti dans les années 1950, est dans le style moyenâgeux ou néogothique.  Avant d'entrer dans la petite ville de NEGREIRA, on passera près du palais A Chancela, une demeure seigneuriale construite au XIVe siècle. Le blason au-dessus de la porte d'entrée évoque un épisode qui remonte à l'Antiquité, lorsqu'un pont de pierre s'écroula au passage de la troupe romaine qui pourchassait les disciples de saint Jacques.On découvrira une autre référence jacquaire en ville avec une statue de pèlerin au centre d'un carrefour. L’œuvre, un peu lourde dans ses formes, rappelle la silhouette de l'abominable homme des neiges! La pazo, ou palais de O Coto, une forteresse médiévale très remaniée au XVIIe siècle, et la chapelle San Mauro sont les seuls monuments dignes d'intérêt de Negreira.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Baudouin

Mardi 17 Octobre 2017