Le phare de Cabo Finistera

Olveiroa - Cabo Finisterra

Parcours :

Cette fois c'est vraiment  l'épilogue,  un peu long d'ailleurs car l'étape est de 33,5 km (8h30 de pérégrination) et impossible d'aller plus loin...après c'est l'Amérique! Cela dit, rien ne vous interdit de l'inventer en Galice, si l'envie vous prend de scinder ce parcours en deux en vous arrêtant à CORCUBION ou à SARDINEIRO. Le début de la journée vous fait traverser une nouvelle fois une campagne superbe, jalonnée de calvaires et  d'"ermitas". Mais le moment que vous guettez aujourd'hui, c'est celui où vous apercevrez pour la première fois l'Océan. Certes, vous avez côtoyé souvent la mer durant ce voyage côtier, mais cette fois c'est le bout du Bout. Dès CORCUBION, la mer sera votte compagne de marche. Ports et plages se succèdent et au loin se profile la silhouette du cap Finisterre. Santa Maria  dea Areas à FINISTERRA est invoquée pour protéger les marins partis en mer bien plus que les pèlerins parvenus jusque là. Au-delà de cette église, il n'y a plus que les falaises balayées par le vent et les embruns, le phare et le CABO FISTERRA. L'instant est peut être venu de brûler vos vieux vêtements et de faire demi-tour....

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

Dès la sortie d'Olveiroa, l'itinéraire suit fidèlement le tracé ancestral en empruntant un chemin creux, une "cooredoira", très ombragée, puis en grimpant à travers la lande après le minuscule hameau de LOGOSO (2,5 km). HOSPITAL: ici, la référence à l'histoire jacquaire est évidente. En effet, un hôpital pour pèlerins s'élevait dans ce lieu dès la fin du XIIe siècle , ainsi qu'une église dédiée à San Marcos.L'ensemble fut rapidement administré par le chapitre de Compostelle.Rien ne subsiste du passé médiéval.Le chemin balisé monte encore après le hameau d'Hospital jusqu'à atteindre un carrefour jacquaire important. A droite, le Camino de Muxia part au nord-ouest, tandis qu'à gauche le Camino Real se poursuit quasiment plein ouest vers le cap Finisterre. Le tracé rectiligne à travers la lande ne laisse aucun doute quand au caractère ancestral de la piste souvent bordée de murets. Le calvaire Marco do Couto (6,5 km) fait figure de balise et s'élève depuis des temps reculés. Juste à côté du monument, une pierre est gravée et porte les lettres C R pour Camino Real. L'antique chemin disparaît aussitôt après, enfoui sous la végétation et les plantations de conifères. Un sentier étroit se poursuit vers l'ouest à travers des plateaux couverts de lande. La chapelle Nosa Senora das Neves (Notre-Dame-des-Neiges) (7,5km) se dresse au creux d'un vallon , non loin d'un calvaire solitaire. L'édifice actuel semble remonter au XVIIIe siècle. Il aurait été construit par les moines bénédictins de Moraime, un monastère proche de Muxia, sur la côte de la Mort.On remarque la présence d'une triskèle de pierre gravée sur le linteau au-dessus de la porte d'entrée, et sur l'autel extérieur une encoche carrée où les pèlerins viennent déposer des messages, maintenus par des pierres.A côté de la chapelle, la fontaine sainte aurait le pouvoir d'accroître les montées de lait chez les femmes qui allaitent.Une "romeria" se tient chaque année le 8 septembre . Le Camino Real, dont nous avons retrouvé la trace, achemine le pèlerin vers une autre fontaine miraculeuse au pied d'un ermitage. La chapelle San Pedro Martir (12 km) est déjà mentionnée au XVIe siècle, mais sa construction daterait du Moyen Âge. Là encore, ce n'est par l'édifice qui attitre les foules  lors de la romeira le jour de l'Ascension, mais la fontaine qui guérit les maux de tête et les rhumatismes. Par ailleurs, on a retrouvé de nombreux dolmens aux alentours du sanctuaire. Est-ce à dire que les vieilles croyances celtes ne sont pas loin? Avec le calvaire d'Armada, on amorce la descente vers la mer. La côte est parfaitement visible ainsi que le cap Finisterre. La petite ville portuaire de CEE (17,3 km)existait déjà au Moyen Âge. Au centre de Cee, l'église Santa Maria de Xunquerira  affiche une façade baroque, surmontée de deux clocherons  dans le style compostellan , l'édifice à l'origine était gothique . Par ailleurs, Cee est la ville natale de Domingo Antonio de Andrade, l'architecte qui a donné naissance aux plus fameux édifices baroques de Compostelle.La magnificence baroque se retrouve dans les éléments architecturaux du Palais do Coton.La ville de CORCUBION (19,1km) s'étale dans le fond d'une baie très fermée et protégée des vents d'ouest par l'avancée du cap Finisterre. Corcubion était dirigée dès le Moyen Âge par les comtes d'Altarima qui élevèrent un hôpital pour les pèlerins. Il n'en reste aucune trace. En revanche, l'église San Marcos, édifiée en 1430 dans un style gothique propre à la Galice et peu remaniée par la suite, mérite que l'on s'y attarde. A l'intérieur, on remarquera des représentations de Saint Roch et de Saint Jacques en bois, et à nouveau le symbole celte de la triskèle gravée aussi dans le bois.Mais la pièce la plus intéressante est sans aucun doute la statue en bois polychrome de San Marcos de Cadeira  taillée au XVe siècle en Italie.Dans la ville, on pourra apprécier la petite place Casteleo au pied du palais de los Condes de Altamira , un superbe édifice baroque ainsi que le port de pêche très coloré où se dresse l'ancienne prison, convertie en salle d'expositions. Le chemin va ensuite au plus court en enjambant des collines boisées qui réservent de beaux points de vue sur la côte.Le balisage longe de belles plages de sable blanc telles ESTORDE (22,6km), SARDINEIRO (23,8km)et surtout LANGOSTEIRA en forme de croissance de lune. A CALCOBA (26,6km), Cruz de Baixa, un  calvaire de granit domine  la mer et  marque l'entrée de FISTERRA (29,7km). Le village est traversé par d'étroites ruelles, bordées de modestes habitations de pêcheurs. A la sortie de Fisterra on découvre l'église d'origine médiévale qui se dresse face à la mer. L'entrée est gardée par une arcade qui serait l'ultime vestige de l'hôpital des pèlerins. a l'intérieur, on relève plusieurs représentations de la Vierge, des ex-votos, car le sanctuaire fait l'objet d'une grande dévotion par les marins.saint Jacques est également représenté avec ses attributs de pèlerin. Mais si les foules accourent dans cette église, c'est surtout parce qu'elle abrite le saint Christ De Finisterre (Santo Cristo de Fisterra), un Christ crucifié, œuvre du XIIe siècle. CABO FISTERRA (Le cap Finisterre) (33,5km) signifie "Fin des terres" Ce lieu, depuis l'Antiquité, est un mythe chargé de légendes. Les pèlerins de Saint-Jacques-de-Compostelle sont venus là depuis les débuts du pèlerinage.On associe aussi ce lieu à des cultes de la fertilité venus du fond des âges.Le cap est dominé par un phare construit au XIXe siècle que rien ne rattache à l'histoire jacquaire. En revanche, en contrebas, en direction de la pointe, on trouve une représentation de saint Jacques et juste à côté, une paire de godillots sur un piédestal (en 2004, l'une des chaussures était en partie détruite suite à un acte de vandalisme). Des traces de feux apparaissent ici et là qui trahissent une vieille tradition selon laquelle le pèlerin parvenu au Finisterre devait quitter ses vieux vêtements, les brûler et repartir, habillé de neuf. Une façon de proclamer que le voyage vers Compostelle avait fait de lui un homme nouveau.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



Ste Rose

Mercredi 23 Août 2017