L'Ile des Faisans sur la Bidassoa. En premier plan : le pont Saint-Jacques

Saint-Jean-de-Luz - Irun

Parcours :

Cette courte (16,5 km pour 4h10 de pérégrination) et dernière étape sur le territoire français vous laissera tout le loisir de visiter Saint-Jean-de-Luz et Ciboure avant d'emprunter l'itinéraire intérieur, à la fois bucolique et historique, à moins que vous ne lui préfériez le sentier du littoral. Au départ, on plonge dans l'Histoire avec les deux cités bâties de part et d'autre de la Nivelle. Ensuite, si l'on choisit le chemin des terres, on découvre des fermes vieilles de plusieurs siècles dont certaines servirent même d'hôpital (Ospitalia) aux jacquets de passage. Vertes prairies, troupeaux de brebis et fond de montagne composent un décor presque trop parfait, dominé par la Rhume qui joue la vigie. Quant au sentier côtier, il vous réserve une succession de falaises abruptes, de baies sauvages jusqu'à la grande plage d'Hendaye. Finalement, les deux itinéraires se rejoignent en un point de passage qui fut hautement stratégique par le passé, la Bidassoa ! La Grande Rivière, "Handi Ibaï "en basque, a donné son nom à Hendaye, la dernière ville française. Rivière/frontière entre le Labour et la Guipuzcoa, ou entre la France et l'Espagne.

Si vous pérégrinez sur le chemin intérieur vous passerez à Ciboure puis à Urrugne après 1 h 15 de marche (5 km), vous atteindrez La Croix des Bouquets après 2 h 20 (9,4 km) avant de découvrir les premières habitations d'Hendaye 3 h après avoir quitté Saint-Jean-de-Luz. Il vous restera alors 4,6 km pour atteindre Irun....

LE PONT SAINT-JACQUES récent et guère esthétique, il demeure toutefois un symbole pour le pérégrinant franchissant la frontière à destination de Compostelle. Sur la gauche en amont, l'Ile aux Faisans sépare la Bidassoa en deux bras. Ce fragment de terre fut le théâtre de multiples épisodes diplomatiques à travers l'histoire. De nombreux rois  (Louis XI, François Ier et Louis XIV s'y rendirent pour diverses tractations et signatures de traités.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

La ville de CIBOURE s'élève sur l'autre rive de la Nivelle, face à Saint-Jean-de-Luz, en tête du pont "Ziburu". A côté de la criée, subsiste le cloître des Récollets, lieu paisible, orné de vignes et d'une belle fontaine, offerte par Mazarin en 1660. Aucune trace jacquaire le long du quai Maurice Ravel où vécut le célèbre compositeur, ni dans l'église Saint-Vincent dont le clocher, de forme très atypique, évoquerait presque certaines pagodes népalaises. Par de vieilles ruelles, nous contournons la colline de Bordagain en suivant le chemin historique. Pour preuve, des plaques signalent des lieux ou des fermes où s'élevaient par le passé des "ospitalia", des hôpitaux destinés aux pèlerins. Simple donjon défensif lors de sa fondation en 1341, le château  d'URTUBIE localisé à la sortie de Ciboure, est devenu au fil des siècles une agréable demeure qui est restée la propriété d'une même famille.

La rue principale d'URUGNE traverse le village en desservant au passage l'église et en face l'ancien relais de la poste, devenu le bureau de l'office du tourisme. Pas de doute, cet axe est celui que suivaient les pèlerins de jadis. Sur le tympan, au-dessus du porche d'entrée de l'église Saint-Vincent, on remarquera un saint Jacques et son bourdon. Le cadran solaire sur le clocher annonce : "Vulerant omnes ultima necat" (toutes les heures blessent, la dernière tue !). Les habitations du bourg offrent de beaux exemples d'architecture labourdine. Le linteau de porte de l'une d'elles porte le nom de Señor Camino !

HENDAYE s'étale largement sur la rive droite de la Bidassoa, face à la baie de Txingudi et du cap de Figuier. Au centre-ville, l'église Saint-Vincent reprend tous les éléments des sanctuaires du Pays Basque. Au Moyen Age, Hendaye recevait les pèlerins dans l'hôpital de Santiago du prieuré de Zubernoa, dont il ne subsiste aucune trace aujourd'hui...La traversée de la rivière s'effectuait en barque vers le quartier de Santiago à Irun où s'élevait l'hôpital de Santa-Margarita. Devant l'affluence des pèlerins toujours plus importante, un pont de bois fut construit au-dessus de la Bidassoa au XIIIe siècle.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Didier

Mardi 23 Mai 2017