Saint-Sébastien : Le pont Maria Cristina enjambant le fleuve Urumea

Irun - Saint-Sébastien

Parcours :

Aujourd'hui nous est proposée une étape de 24,4 km demandant 6 h 15 de pérégrination et qui passe successivement à Guadalupe après 1 h 15 de marche (4,8 km) puis nous amène à l'embarcadère  pour passer de Pasaia Donibane à Pasajes après 4 h 10 (16,5 km) avant d'atteindre le terme de l'étape à Saint-Sébastien. Le chemin de cette étape passe bien à l'écart des routes et autoroutes aux décors industriels qui relient Irun à Saint-Sébastien. Dans un premier temps, il suit les flancs du Jaizkibel, montagne qui trempe ses pieds dans l'Atlantique et sert de figure de proue à la longue chaîne pyrénéenne filant vers l'est. A mi-étape, nous renouons avec la tradition bien jacquaire en empruntant un bateau pour traverser la ria de Pasajes. C'est une particularité du chemin côtier : dans les semaines à venir il nous faudra par deux fois effectuer de courtes traversées. Après le joli port de Pasaia Donibane, le sentier côtier file à travers la lande pour nous acheminer jusqu'à Saint-Sébastien.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

A GUADALUPE, vous découvrirez un sanctuaire bâti durant la seconde moitié du XVIIIe siècle à l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien. La Vierge de Guadalupe a, de tout temps, été vénérée par les marins et les pêcheurs de la baie de Txingudi comme en témoignent les nombreux ex-voto présents dans le sanctuaire. Depuis les jardins entourant le sanctuaire, la vue porte loin vers la côte française au nord et la chaîne des Pyrénées à l'est.

Le MONT JAIZKIBEL (altitude moyenne de 500m) forme un rempart naturel contre les tempêtes venues du nord-ouest et assure la protection du couloir reliant la baie de Txingudi à celle de Pasai Donibane. Le vieux village de SAN-JUAN s'étire au pied des falaises, en bordure de la profonde ria par laquelle la baie de Lezo s'ouvre sur l'Océan.

PASAI DONIBANE est un village rue avec de modestes maisons de pêcheurs à côté desquelles cohabitent des demeures patriciennes baroques du XVIIIe siècle ou de la Renaissance , aux façades blasonnées. L'église paroissiale San Juan Bautista affiche à l'extérieur cette allure de forteresse, caractéristique du gothique basque. (Retable baroque à l'intérieur).

On s'attardera à découvrir SAINT-SEBASTIEN en pénétrant le quartier de Gros et sa plage qui est aussi le "spot" favori des surfeurs des environs. Au bout de ce quartier se dresse le Kursaal ou centre des congrès , un bâtiment aux lignes avant-gardistes. Le pont Maria Cristina inauguré en 1905 est suffisamment excessif pour nous rappeler le pont Alexandre III de Paris. Il nous permet de franchir le fleuve Urumea et de rejoindre le théâtre Victoria Eugenia et le luxueux hôtel Maria Cristina  datant de la fin du XIXe siècle. La vieille ville s'étale au pied du mont Ugull. Pas de traces jacquaires évidentes au sein de la ville, néanmoins la capitale de Gipuzkoa recèle bien des richesses.

L'église San-Vincente est sans doute le témoignage le plus ancien. Son austérité contraste avec l'exubérance du portail baroque  de Santa-Maria. Cette basilique ferme la calle Mayor qui bute à son autre extrémité sur la façade néogothique de la cathédrale du Bon Pasteur. Les rues étroites pullulent de commerces et surtout de "tavernas" qui s'animent particulièrement à l'heure du tapeo. Il vous faudra aussi ne pas négliger la "Plaza de la Constitucion", d'une parfaite unité architecturale, qui servait pour les courses de taureaux quand les arènes n'étaient pas encore construites; les balcons utilisés comme des tribunes affichent encore des numéros ! Vous déboucherez enfin sur le port où les bateaux de pêche et navires de plaisance se partagent le faible espace. Ce quartier est vivant et il n'est pas rare de voir les femmes de pêcheurs repriser les filets. Enfin s'il vous reste du temps vous pourrez visiter le Musée océanographique ainsi que le musée de la mer si ce n'est le musée de San Telmo installé dans l'ancien monastère des dominicains , fondé au XVIe siècle dont une large place est consacrée à l'ethnographie du Pays Basque et à la peinture régionale.

 



St Baudouin

Mardi 17 Octobre 2017