Le port de Getaria

Saint-Sébastien - Getaria

Parcours :

Une étape, longue de 26,8 km, mais jamais monotone sur les 6 h 45 de pérégrination qu'elle nécessite. On atteint IGUELDO après 0 h 50 de pérégrination (3,3 km), ORIO 13,5 km plus loin (4 h 15) et ZARAUTZ à 21,7 km après notre départ : nous avons alors marché durant 5 h 30 ! Il ne reste plus alors que 5,10 km pour arriver à GETARIA ! Le cheminement côtier prend son rythme : Aux ports de pêches très actifs, nichés dans les embouchures des rivières, succèdent les avancées de terre et les hautes falaises qui plongent dans les eaux tumultueuses de l'Atlantique. Nez au vent, on respire l'air du large, tout en naviguant à travers champs et prairies, parmi les troupeaux de brebis et les vignes de Txakoli, un vin blanc légèrement pétillant très caractéristique de l'Euskadi.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

Avant l'entrée de la ville d'ORIO un petit ermitage est dédié à saint Martin de Tours, très vénéré par les pèlerins du Moyen Age. Les pans de murs ruinés qui s'élèvent à côté du sanctuaire sont tout ce qui subsiste de l'hôpital qui accueillait les pèlerins. A l'époque médiévale, Orion était protégé par des murailles. L'église paroissiale Saint-Nicolas prend appui sur ce système défensif, tout en s'intégrant dans le lacis de ruelles de la vieille cité. Un vaste préau entoure l'édifice. Il servait dans le passé pour la tenue des assemblées villageoises. On retrouve ces couverts à travers la Guipuscoa, la Biscaye et même en Cantabrie. L'église actuelle du XVIIe siècle a été construite à l'emplacement d'un sanctuaire plus ancien élevé au XIIe siècle. A l'intérieur , le maître-autel baroque, très chargé et supporté par des colonnes torses, abrite un saint Nicolas, encadré de deux énormes trompes en forme de coquillages. Orion demeure un port de pêche très actif, bien protégé dans son estuaire . Ici, les pèlerins médiévaux étaient exonérés du paiement du maravédis que leur réclamaient habituellement les bateliers pour franchir les autres estuaires.

Avec sa belle et longue plage de sable fin, ZARAUTZ est avant tout une station balnéaire. Pourtant l'église paroissiale Nuestra-Señora-La-Real conserve une "tumba del Peregrino" (tombe de pèlerin) qui rappelle le passé jacquaire de la ville. Adossée à l'église de Zarautz, la "casa-torre", une tour défensive du XVe siècle  témoigne quant à elle des luttes intestines qui opposaient les grandes lignées familiales. Avant de poursuivre vers Getaria, on passe devant le palais Narros, construit au XVIe siècle dans le style Renaissance. Enfin on laissera le minuscule port, abrité par d'imposantes digues et où sont amarrées de petites barques de pêche, ou "biscayennes". Autrefois les habitants de Zarautz affrontaient l'Océan au cours des campagnes de chasse à la baleine.

GETARIA est un port débordant d'activité et de couleurs. Son église Saint-Sauveur domine la ville de sa silhouette de forteresse gothique. Bâtie sur un terrain accidenté, le plancher de la nef est légèrement en pente, face à un maître-autel très surélevé comme souvent dans les églises basques. Si les murailles externes semblent massives, le splendide "triforium" allège la perspective intérieure en rendant les voûtes très aériennes. On remarquera la représentation d'un saint Sébastien moustachu ! Une sorte de corridor fortifié court sous l'édifice pour rejoindre les ruelles encore toutes empreintes d'une atmosphère médiévale. Lourdes portes en ogive et murailles aux ouvertures de taille réduite caractérisent les édifices gothiques aux alentours de l'église Saint-Sauveur.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Didier

Mardi 23 Mai 2017