"L'Arbre" de Gernika

Markina-Xemein - Gernika

Parcours :

Superbe étape bucolique, vallonnée et jacquaire de 26,3 km (6 h 45) ou de 24,1km (6 h 00) par l'option routière (BI-3224) plus commode par temps pluvieux. Les références à l'histoire ne manqueront pas tout au long de la journée, à commencer par l'église forteresse Santo-Tomas, bâtie au XI siècle dans le village de BOLIBAR après 6,5 km de pérégrination (1 h 40). Nous atteindrons URIONA 3,5 km plus loin (2 h 30) et MUNITIBAR en ajoutant encore 1,8 km  (3 h 00). Après 16,2 km , on touche la BI-3224 à grimper à gauche. Après 800 m, à OLABE ZARRAVENTA on choisira soit la variante routière, soit celle par ARTZUBI. Le Hameau d'ARRATZU sera atteint au km 20,8 (5 h 10)et le hameau de MARMIZ 1,4 km plus loin. Il restera alors 4,1 km pour arriver à GERNIKA.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

BOLIVAR est la terre natale des ancêtres de Simon Bolivar, héros de l'indépendance de plusieurs régions d'Amérique latine, un musée lui est consacré dans la maison familiale. Au cœur de la commune, l'église Santo-Tomas fut fondée par les seigneurs de Bolivar au Xe siècle. L'édifice actuel a été reconstruit aux XVII et XVIIIe siècles sur les ruines du sanctuaire médiéval. Malgré l'édification tardive, le bâtiment ressemble à une forteresse avec ses contreforts , ses meurtrières et sa tour-clocher.

A la sortie du village, on trouve une portion de l'ancienne voie pavée romaine qui a été dégagée et reconstruite et nous achemine dans les mêmes conditions que les pèlerins médiévaux vers le MONASTÈRE DE CENERRUZA ou ZIORTZIA. Il s'agit de l'unique abbaye médiévale de Biscaye. La tradition fait remonter sa fondation au Xe siècle. Le 15 août 965, alors que la population assistait à la messe dans l'ermitage Santa-Lucia de Garai, à Gerrikaitz, un aigle s'abattit et saisit un crâne dans l'ossuaire. Il s'envola en le tenant entre ses serres et le laissa tomber là où se trouve l'actuelle collégiale. Les paroissiens conclurent de cette étonnante scène que l'ermitage Santa Lucia  devait être déplacé. L'aigle tenant un crâne dans ses serres figure sur les armes du monastère comme on peut le voir sur le mur extérieur. L'église du XVe siècle conserve une très intéressante iconographie parmi laquelle une représentation de Santiago Matamoros. Le retable plateresque du maître-autel est remarquable, ainsi que l'ensemble sculpté sur le sépulcre de l'abbé Irustra représentant ce dignitaire religieux agenouillé en compagnie d'un pèlerin venant le coiffer de la mitre. Dans le cloître du XVIe siècle, des coquilles apposées sur les écoinçons illustrent la tradition jacquaire du monastère où, en 1386, fut fondé un hôpital pour pèlerins qui se rendaient à Santiago. Les moines actuels perpétuent d'accueil cette tradition d'accueil.

Le coquet village de GERRIKAITZ, avec son église forteresse entourée d'un préau compte aussi de beaux ensembles de maisons fortifiées parmi lesquelles celles de Jauregui et de MUNITIBAR, la lignée familiale qui a donné son nom à la localité voisine. Dans cette dernière, la messe continue de se dire en basque, les hommes étant séparés des femmes et des enfants; une barre de bois permet aux parapluies de rester à l'extérieur. Aux murs du bar San Miguel, des bérets suspendus à des crochets rappellent des tournois de mus.

Peu après avoir quitté Munitibar le chemin passe à côté de la ERMITA SANTIAGO. Le sanctuaire très humble construit au XVIIIe siècle témoigne du passage des pèlerins. Restauré, il possédait une belle statue en bois polychrome d'un saint Jacques pèlerin. Le fermier voisin préfère désormais la conserver chez lui de peur qu'elle soit dérobée! Le balisage du chemin moderne se confond souvent dans cette portion avec le tracé de la "calzada"ancestrale. Ces tronçons sont facilement repérables . Le parcours devient un chemin creux profond, souvent dallé de grosses pierre polies par le temps et les passages successifs.

Le pont d'ARZUBI constitue un lieu très émouvant . Il fût bâti au XVIe siècle pour permettre le passage au dessus de la rivière Golako, améliorant ainsi la construction entre les villes médiévales de Gernika et de Gerrikaitz. Au milieu du tablier du pont, on peut encore observer la pierre qui marquait la frontière entre Arratzu et Mendata. Aujourd'hui l'ouvrage apparaît au creux d'un vallon sombre envahi par la végétation.

GERNIKA était au Moyen Âge un carrefour de chemins jacquaires puisque là s'unissait, au chemin principal de la côte, le chemin secondaire venant de Bermeo pour les pèlerins qui avaient débarquaient dans ce port. La ville possédait un hôpital pour pèlerins. Hélas, ici plus que partout ailleurs ne subsistent des traces anciennes qui ont disparu sous les décombres des bombardements de 1937. Parmi les bâtiments anciens ayant résisté, on compte l'église Santa-Maria , la Casa de Juntas et les maisons proches...Santa-Maria fut commencée en 1418 pour s'achever en 1715, le campanile fut ajouté en 1776. Conçue initialement comme un temple de trois nefs et cinq travées avec une abside polygonale et un triforium, son portail principal du XVe siècle à arc en ogive exhibe des voussures extérieures richement sculptées. La  Casa de Juntas  abrite dans ses jardins, protégé par un enclos, l'arbre de Gernika, symbole de l'histoire du peuple basque. C'est sous ce chêne que se réunissaient les hommes libres de Biscaye pour gouverner, c'est sous ses branches que prêtaient serment les seigneurs de Biscaye.

 

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Didier

Mardi 23 Mai 2017