La collégiale romane Sainte Julienne à Santillana del Mar

Boo de Pielagos - Santillana del Mar

Parcours :

Nouvelle petite étape de 16,7 km nécessitant 4h15 de pérégrination. Après les traversées en bateau, pourquoi ne pas s'offrir un petit tour de train, juste le temps d'enjamber le rio de Mogro. C'est à peine de la triche, les pèlerins du Moyen Âge eux-mêmes avaient bien recours aux passeurs.Sur l'autre rive, on attaque plein d'entrain: petits villages et modestes églises en forme pataudes jalonnent notre chemin jusqu'à BERCENA DE CUDON en nous donnant du baume au cœur. Dès lors, le décor vire au cauchemar. Sur plusieurs kilomètres, les hangars industriels se succèdent et notre cap vise une fumeuse et "kolossale" usine.Patience, le meilleur est pour la fin . La campagne redevient belle et le suspens augmente.... SANTILLANA DEL MAR se dévoile enfin aux creux d'un vallon. Village musée où chaque maison, chaque palais raconte un fragment de l'histoire. La collégiale est un joyau et les chapiteaux du cloître racontent aussi des histoires tirées de la Bible. Un dernier conseil:partez de bon matin, car vous n'avez pas fini de vous enthousiasmer à SANTILLANA. Jean-Paul Sartre lui-même avait succombé à son charme ravageur et l'avait élu "Plus beau village d'Espagne".

Dénivelé:

description du dénivel

Curiosités :

En quittant PUENTE ARCE , on traverse une succession de petits villages... Juste avant MOGRO, notre œil sera attiré par l'ermitage de la Virgen del Monte qui s'élève au sommet d'un tertre. Le petit bourg de MOGRO domine un splendide paysage maritime, l'estuaire du rio PAS où les champs cultivés côtoient les dunes et les bancs de sable. L'église San martin occupe le centre du hameau . on en ignore le passé, mais sa tour clocher flanquée de meurtrières évoque un donjon.C'est peut être sa véritable origine, étant donné la position stratégique de MOGRO. On ne traverse pas CUDO, mais à l'écart du village, tout près des canalisations que nous longeons, se dresse l'église très simple et très pure en forme de trèfle. Son crépi partiellement enlevé laisse voir une belle pierre ocre. Nous traversons une zone nauséabonde et enlaidie par la titanesque usine Solvay.On retrouve le chemin ancestral à CAMPLEANGO où subsiste la modeste ermita San Cipriano.

La ermita Santa Justa à URBIACO est un sanctuaire qui se cache au creux de la falaise côtière, dans une anse magnifique. Ce lieu faisait l'objet d'une grande dévotion au Moyen Âge et est mentionné sur les vieilles cartes. Les dévots modernes sont toujours nombreux, beaucoup profitent de l'occasion pour s'offrir une baignade au pied du sanctuaire.Que les pèlerins n'hésitent pas à faire le détour!

Le petit village de SANTILLANA DEL MAR, magnifiquement conservé, est cité dans "La nausée". Jean-Paul Sartre le considérait comme le plus beau d'Espagne. La circulation est strictement réglementée et il est aisé de remonter le temps. Des moines sont à l'origine de ce bourg. Ils apportaient avec eux les reliques de Santa Juliana qui avait été martyrisée à la fin du IIIe siècle sur l'ordre de son mari car elle refusait de renoncer à sa foi chrétienne. Son martyre est relaté sur le retable principal de la collégiale.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Anthelme

Lundi 26 Juin 2017