Ribadesella

Llanes - Ribadesella

Parcours :

Longue étape de 29,8km (7h30 de péregrination) mais jamais monotone. Aujourd'hui les richesses naturelles et culturelles se succèdent pour se conjuguer à merveille: monastères, églises, ponts et "camino" médiéval jalonnent notre parcours dans des décors magnifiques. Si le temps ne manque pas et si les conditions météorologiques sont clémentes, on ne résistera pas au désir de piquer une tête dans l'Océan devant l'extrême beauté des plages de Celorio ou de San Antolin. Reprenant le tracé du chemin médiéval, le balisage nous tient bien à l'écart de la circulation et du goudron. On appréciera particulièrement les chemins de terre et les paysages du dernier tiers de l'étape. RIBADESELLA s'étale de part et d'autre d'une ria. Sur la rive, on découvre un port de pêche un peu endormi et de l'autre une station balnéaire qui garde la nostalgie de la Belle Époque avec ses villas rococo.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

POO: le chemin longe l'église San Vincente qui évoque le style colonial des sanctuaires mexicains. Elle abrite une statue de San Isidoro, patron des paysans. CELORIO: le monastère San Salvador, bâti eu XIe siècle par des dominicains, accueillait des pèlerins.Des bâtiments d'origine, il reste la tour et le portail . Ce dernier remanié au XIIIe siècle est de style baroque. Le monastère domine une plage merveilleuse en forme de demi-lune. de hautes murailles courent le long de la côte, marquant vraisemblablement l'ancien domaine monastique. En abordant la ria de BARRO, on découvre l'église Nuestra Senora de los Dolores, bâtie au XVIIIe siècle sur une avancée de terre. Son architecture fait songer aux églises baroques du Brésil colonial , tandis que les fo,d vaseux et couverts d'algues de la ria évoquent incontestablement les criques du Morbihan.A peu de distance, la très humble chapelle Animas borde le chemin à l'ombre de grands chênes. Après avoir passé NIEMBRO, les pèlerins médiévaux trouvaient refuge au monastère bénédictin San Antolin de Bedon, fondé au XIIe siècle. Il en reste l'église romane d'une austérité cistercienne qui abrite un sarcophage. Ses deux portails dégagent la même pureté de lignes avec leurs voussures dépourvues de fioritures. L'état d'abandon du monument, retiré au fond du vallon, ajoute au charme du lieu.Une centaine de mètres plus loin, le chemin retrouve le rivage. La plage de San Antolin s'étend à l'embouchure du rio Bedon. Avancée de sable blanc, alvéoles lagunaires peu profond révèlent des eaux turquoises ... NAVES est un village plus connu pour ses cidreries que pour son passé jacquaire. Ici pourtant le balisage officiel se confond avec le chemin médiéval qui se borde de murs et de champs d'orangers. L'étroit chemin s'enfonce parfois sous un tunnel de verdure.Il passe près de la "ermita" récente San Antonio qui porte un saint Roch sur le tympan de bois. Après quelques kilomètres l'Antiguo Camino Médiéval côtoie le mur d'enceinte du palais appartenant au Conde de la Vega del Sella. Cette vaste propriété marque l'entrée de NUEVA. Ce village est connu poir avoir possédé un hôpital pour pèlerins au Moyen Âge dont il ne subsiste que la chapelle adjacente au bâtiment. A PINERES de PRIA, l'église San Pedro se dresse au sommet d'un tertre bien à l'écart des routes et des villages alentour. Vers CUERRES, le chemin évolue en pleine nature en traversant champs et vergers. Nous franchissons ensuite le rio Guadamia par un petit pont médiéval restauré. A CUERRES tout près de l(église San Mamès, la Fuente de los Peregrinos est un rappel du tracé ancestral. Notre étape se termine à RIBADESELLA déjà habitée dès la préhistoire sur sa rive gauche  et dont la fondation sur sa rive droite au XIIIe siècle fut connue des pèlerins médievaux et que l'on appelle aujourd'hui la vieille ville avec son port de pêche et son cœur historique. A proximité de l'église Santa Maria Magdalena , édifiée sur l'emplacement d'une église romane, s'élevait au Moyen Âge l'hôpital pour pèlerins San Sebastian. Des blasons ornent la plupart des bâtisses anciennes d'importance, à l'instar du palais Renaissance de  los Crude (l'actuel Ayuntamiento) avec sa façade plateresque.La très belle criée, construite en pur Arts-Deco , témoigne que l'activité maritime de la ville était plus florissante dans les années 1930 qu'aujourd'hui. Sur la jetée, on trouve de grands panneaux pleins d'enseignement sur la mythologie asturienne. Sur la falaise, face au large, se dresse l'ermitage de la Virgen de la Guia (patronne des marins), bâti au XVIe siècle sur un fortin qui gardait l'entrée du rio Sella et protégeait la cité portuaire. Il ne subsiste de cette époque que le portail et quelques arches, les autres éléments de l'édifice ont été reconstruits plus tardivement après les destructions provoquées par les tempêtes et la guerre de l'Indépendance en 1798.Le sanctuaire dédié à la Vierge est vénéré et fait l'objet d'une procession marine chaque premier dimanche de juillet.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Luc

Mercredi 18 Octobre 2017