La cathédrale d'Oviedo

La Vega de Sariego - Oviedo

Parcours :

Cette 23e étape de 27,4 km (7h00 de pérégrination) est radieuse et nous fait basculer au cœur des Asturies. Il serait dommage de ne pas faire le petit crochet par l'église romane Santa Maria de NARZANA. Le porche qui se dresse dans le narthex est d'une rare beauté,de même que la nef sobre et très pure. L'approche d'une grande ville est rarement une sinécure... Heureuse surprise: pistes et chemins boisés  prédominent jusqu'à l'entrée de OVIEDO. La cathédrale qui se dresse droit devant nous nous fait oublier la laideur des faubourgs en agissant comme une promesse. Au Moyen Âge, de nombreux pèlerins faisaient le détour depuis LEON pour venir vénérer les reliques de la chambre sainte au sein de la cathédrale Saint Sauveur. Pour beaucoup, la pérégrination vers Compostelle n'avait de sens que si elle passait par OVIEDO. Au IXe siècle, le roi Alfonso II El Casto fut le premier souverain à prendre le chemin vers la tombe de saint Jacques au départ d'OVIEDO, inaugurant ainsi le Camino Primitivo. C'est dire si cette étape est historique et emblématique dans notre périple. Le vieux centre est par ailleurs superbe et très vivant, car OVIEDO est une ville universitaire de premier plan.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

L'église Santa Maria de NARZANA (Nuestria Senora de la Concepcion), de la fin du XIIe siècle est perchée sur une petite colline d'où l'on a une vue prodigieuse sur les pics d'Europe et sur la sierra del Aramo. L'édifice est formé d'une nef unique dépourvue de bas-côtés , séparée du chœur par un arc de voûte. le magnifique portail, dans le style prédominant dans la région d'Oviedo et particulièrement à Villaviciosa, égrène des motifs floraux et géométriques sur trois archivoltes. Sur la partie gauche de l'imposte figure une scène étonnante de chasse au sanglier.Les sculptures remarquables, figurant sur les métopes et les corbeaux de la corniche surplombant le portail, requièrent toute l'attention du visiteur.La fondation de  POLA DE SIERO remonte au XIIIe siècle quand fut autorisée par Alphonso X la construction de demeures là où jusqu'alors n'existait qu'un hôpital pour pèlerins et pauvres fondé en 1141.On y trouve encore la chapelle de l'hôpital. EL BERRON: le palais de Meres est un magnifique exemple d'architecture civile asturienne du XVIIe siècle.Un parc soigné entoure le palais et la chapelle Santa Ana également remarquable. A GRANDA, l'église San Pedro garde encore quelques éléments du XIIe siècle et un très beau bénitier.A COLLOTO, le pont médiéval à deux arches qui enjambe le rio Nora était emprunté par les pèlerins.

Fondée au VIIIe siècle par le roi Fruela le vieille ville d' OVIEDO a un charme certain doublé du dynamisme des étudiants qui peuplent la cité. Alphonso II le chaste la fit rebâtir après qu'elle eu été dévastée par les maures, l'entoura de murailles et en fit la capitale du royaume asturien. Il y fit construire des bâtiments préromans , religieux et palatiaux.A partir du Xe siècle, des hordes de pèlerins accoururent à la basilique del Salvador , actuelle Camara Santa, pour vénérer les reliques qu'elle abrite.Au XVIIe siècle , Oviedo comptait cinq hôpitaux dédiés aux pèlerins et aux autochtones. La cathédrale a été bâtie entre le XIIIe et le XVIe siècle à la place qu'occupait l'église San Salvador , édifiée elle-même sur les ruines du sanctuaire construit par Fruela et détruit par les maures. Au cours des XVII et XVIIIe siècles , la cathédrale a reçu des ajouts: chapelles, sacristies et s'est étendue au point d'englober les constructions alentour comme la Camara Santa. Cette "chambre sainte" est l'ancienne chapelle du palais d'Alphonso le Chaste. elle se partage en deux niveaux:la chapelle San Miguel et la crypte Santa Leocadia. A l'entrée du sanctuaire, remarquer au-dessus de la porte la tête du Christ: l'artiste sculpteur a très nettement été influencé par le portique de la Gloire de la cathédrale de Compostelle. Les colonnes statues du XIIe siècle représentent les apôtres par deux. a gauche de la nef, la colonne centrale représente Saint Jacques muni d'un bourdon et d'un sac portant une coquille. Ces statues colonnes sont novatrices et montrent les expériences architecturales qui marquent le commencement du gothique. Le trésor se compose de diverses pièces : l'Arca Santa ou coffre reliquaire, la châsse des Agates offerte par Fruela (910), en or et argent , où sont incrustées quatre-vingt deux agates, la croix de la victoire (Xe) et la croix des Anges (IXe) La croix des Anges aux quatre branches d'égale longueur est devenue le symbole des Asturies et figure sur le drapeau de la province. Le cloître gothique héberge des statues polychromes. Admirer la finesse des fenestrages et la grande hauteur des croisées d'ogive.On peut observer un Santiago à cheval et une coquille sur un chapiteau à gauche de la salle capitulaire. Une porte s'ouvre sur le cimetière des Pèlerins. de même, dans le musée de la cathédrale, saint jacques est sculpté en bas-relief sur un panneau de bois.

La place de la cathédrale est très monumentale. Elle compte de nombreux édifices, dont le palais de Valdecarzana, du XVIIe siècle. On peut noter la présence de quelques statues contemporaines qui, de taille humaine, semblent se mêler aux badauds. Sur le côté, apparaît le chevet de l'église San Tirso, vestige d'un temple du IXe siècle.Non loin de là, le musée des Beaux-Arts, installé dans le palais Velarde, présente une intéressante collection de peintures d'artistes asturiens et flamands.Le musée archéologique, situé à l'arrière de la cathédrale, consacre deux salles à l'art préroman.Sa visite est une bonne introduction avant de se rendre aux monuments du mont Naranco. A travers les rues, des bâtisses coloréesaffichent des tons doux  (calle de Peso. A côté de l'Ayuntamiento, l'église San Isidore exibe une façade baroque de pierre ocre.Enfin, la Plaza de Daoiz y Vilarde, avec des nombreuses terrasses de café, est un endroit agréable pour se détendre.San Julian de los Prados (ou de Santullano) est l'une des églises préromanes qu'Alphonso II fit construire. Les remaniements du XIII et et du XVIIIe siècles n'ont pas altéré sa beauté et elle conserve la structure si particulière des églises préromanes: trois nefs déparées par des arcs en plein cintre soutenus par d'épais piliers carrés, un grand transept. Le chevet est formé de trois chapelles aux voûtes en berceau. Ses magnifiques fresques attestent de l'art pictural de cette époque.Son accès est rendu difficile, puisqu'elle se situe au milieu d'un nœud de vois rapides. Elle st même surnommée San Julien del Autopista....

Enfin il vous faut découvrir Naranco un peu excentré par rapport à Oviedo que vous pouvez inclure dans vos découvertes  du jour  ( dans ce cas le bus n°10 sera le bienvenu) à moins que vous l'envisagiez dans les premiers instants de votre étape du lendemain (Oviedo-Grado)....mais ne manquez pas cette superbe découverte qu'est notamment  l'église Santa Maria! (Vous trouverez le détail sur la présentation de l'étape suivante)

Office du tourisme de l'étape : NR

 



Ste Rose

Mercredi 23 Août 2017