L'église de Salas

Grado - Salas

Parcours :

Aujourd'hui cette 25e étape sera de 22,3 km pour 5h40 de pérégrination. Depuis les guides précédents de Rando-Editions, la construction d'une autoroute est venue troubler le décor tout au long de l'étape. Le monstre de bitume ne nous empêchera pas d'admirer les villages fleutris et les prairies "décorées" de vaches rousses. Le cœur des Asturies a bien du charme et de l'authenticité comme disent les citadins. L'ail et le maïs accrochés dans les "horreos" de SAN MARCELO et de SANTA EULALIA DE DORIGA prouvent que ces constructions antédiluviennes servent encore. L'histoire aussi est très présente au cours de cette étape où tracés jacquaires modernes et anciens se superposent. Avec son église romane très trapue et sa ferme forteresse , SANTA EULALIA DE DORIGA mérite un arrêt. Le monastère del Salvador à CORNELLANA, est gigantesque. Les bâtiments conventuels abritent en outre un refuge pour pèlerins très confortable. Au terme de l'étape, le centre historique de Salas est de taille réduite, mais riche: murailles et tour médiévale, église gothique San Martin, d'allure quasi militaire. L'ensemble se concentre autour d'une place centrale égayée par des terrasses de café et qui se colore et s'anime pour de bon les jours de marché.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

Le chemin nous mène à travers une campagne vallonnée, dans un paysage de bocage (vaches, céréales), où beaucoup de paysans travaillent à la main. L'agriculture est traditionnelle: faux, râteaux de bois, animaux de trait (chevaux, bœufs, ânes), emploi du fumier naturel transporté dans des brouettes. le très beau village de SAN MARCELO est hors du temps: très fleuri, une pommeraie avec une "ermita", de vieilles maisons, vergers, potagers,champs, près, pommeraies,figuiers...Le magnifique village de LA DORIGA abrite une ferme forteresse et la très belle église Santa Eulalia du XIIe siècle. On arrive au village par un chemin ombragé, on longe un ruisseau aux pierres moussues, puis on aperçoit sur la droite la ferme forteresse dominée par une tour crénelée. Il faut savourer ce plongeon dans le temps: tas de fumier devant les étables,écuries à l'intérieur même du village, dahlias,poulaillers aux mangeoires sculptés, linge séchant sous les korreos...Le chemin est vraiment primitif, comme l'art brut, il prend aux tripes. Sur l'écu du palais de la Doriga, figurent des coquilles. A CORNELLANA le monastère San Salvador fut fondé en 1024 par l'infante Cristina, fille du roi de Leon Bermudo II. Il ne s'agissait à l'origine que d'une exploitation agricole associée à une église. Un siècle plus tard, les comtes de Suero rénovèrent le monastère  et le confièrent aux moines de l'ordre de Cluny. Ces derniers étaient de fervents défenseurs des chemins de Santiago et administraient plusieurs monastères sur le Camino France, comme celui de Sahagun. Aujourd’hui, le monastère fait perdurer cet attachement au pèlerinage puisqu'il abrite un refuge quasi luxueux. L'église romane du XIIe siècle a été largement modifiée, comme le montrent la façade et les deux tours qui sont des ouvrages du XVIIIe siècle.Le retable principal est baroque.Cependant l'abside et le cloître sont romans. Le monastère a conservé également deux magnifiques portails romans. sur le plus ancien, appelé la Puerta de la Osa, ou porte de l'Ourse, on peut voir une ourse enserrant un enfant, et non, comme d'aucuns pourraient le croire, un ours s'accouplant à une femme. La ville de Cornellana présente la particularité de conserver de nombreux horreos. Le chemin poursuit son tracé  à travers la vallée de la Nonaya, consacrée à la culture du maïs et parsemée d'énormes horreos à huit piliers et de pigeonniers circulaires. A QUINTANA, village en amphithéâtre, le chemin passe devant l'église Santiago et la fontaine du même nom.Aucin doute, nous sommes sur le tracé ancestral. Le vieux pont de pierre avant d'entrer dans le hameau de CASAZORRINA confirme bien que l'itinéraire que nous suivons et le Camino Primitivo en font qu'un. Au Moyen Âge, SALAS jouissait d'une importance certaine.De ce passé médiéval, la ville conserve la tour de l'ancien château qui abrite à présent le musée d'Art préroman.Le chemin primitif passait sous le pont qui relie cette tour au palais des Valdés-Salas. Ce dernier bâtiment, bâti autour d'un patio, est un exemple d'architecture civile du XVIe siècle. Sa chapelle sert actuellement d'exposition, alors que le palais lui-même héberge un hôtel, la maison de la Culture et l'office de tourisme.Les jacquets s'arrêtaient à l'hôpital pour pèlerins dont subsiste la chapelle San Roque, alors que les diligences faisaient halte à la Casa de Malleza située à l'entrée de la ville. Non loin de là, le palais des comtes de Casares illustre l'architecture seigneuriale du XVIIe siècle.

 



St Pierre, St Paul

Jeudi 29 Juin 2017