La mairie de Baleira

A Fonsagrada - O Cadavo - Baleira

Parcours :

Depuis 2005, le chemin s'est bien amélioré en évitant presque totalement le goudron jusqu'à l'hôpital de MONTOUTO. Une "ermita", des bâtisses en pierres sèches à demi-ruinées, c'est tout ce qui subsiste en ce haut lieu fondé en 1357 à l'attention des pèlerins.La suite de l'étape ressemble beaucoup à la précédente avec des passages en forêt , des navigations ventées à travers la lande et toujours ces hameaux où l'on note des évolutions dans l'architecture. Certains vieux bâtiments sont de forme semi-circulaire et baptisés "celeiros", ils servaient autrefois à garder chèvres et brebis. Les "horreos" aussi différent de ceux des Asturies par leurs formes arrondies et leur couverture de chaume. CADAVO BALEIRA dispose d'un refuge et de toutes les commodités, mais le bourg est plutôt triste. Les plus courageux auront tout intérêt à pousser jusqu'à CASTROVERDE, où toutefois ils ne trouveront pas de refuge et devront recourir à l'hôtel.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

En quittant A Fonsagrada, les pèlerins avaient le choix entre deux chemins pour aller vers l'hôpital de MONTOUTO. Le premier dirigeait leurs pas vers A Pobra de Buron, village cité dès le XIIIe siècle . Il ne reste des bâtiments médiévaux que des traces d'un des trois hôpitaux, l'église Santa Maria Magdalena et une partie de la forteresse. L'autre chemin passait plus au sud par PADRON et VILARDONGO. De nos jours, cet ancien tracé que nous suivons louvoie avec la route C-630. L'hôpital de Montouto est situé sur la montagne du mê^me nom au sommet d'un col à 1050m d'altitude. Le roi Pedro 1er le Cruel, ému par les conditions difficiles dans lesquelles les pèlerins cheminaient, fonda cet hôpital en 1357. Et Real Hospital de Montouto était destiné à secourir les pèlerins dans le besoin et bénéficiait de rentes privilégiées.jusqu'au début du XXe siècle, un "hospitalero" accueillait encore les pèlerins, et sa chapelle était un lieu d'une "romeria" en l'honneur de saint Jacques.A présent tout n'est que ruines, mais c'est un lieu magique, un enchantement où, malgré la proximité des éoliennes, on plonge dans le Moyen Âge des pèlerins.A quelques mètres du site, un dolmen témoigne de rites encore plus ancien. PARADAVELLA est un toponyme "Parada Vella " qui signifie ancien arrêt atteste du passage des jacquets. Dans ce hameau, qui a conservé son aspect ancien, on découvre les premiers beaux exemples d'architecture locale, les "pallozas" qui voient parfois leur chaume devenir de simple tôle ondulée pour des raisons économiques. Il s'agit d'habitations ancestrales de plan arrondi, aux murs bas montés à l'aide de pierres plates, souvent du schisme, et couvertes d'un toit de chaume. Ces maisons rurales sont dérivées des huttes de la préhistoire. A Degolada, les "cileiros", maisonnettes de pierre dont un pan est arondi, servaient à garder  chèvres et brebis. O CAVADO BALEIRA est la capitale du district de Baleira. Elle est la seconde ville d'importance que croise le pèlerin sur le chemin primitif galicien. On dit que le roi Alphonso II le Chaste combattit une armée de maures, dans le lieu tout proche appelé Campo de Matanza, c'est à dire le camp de la Tuerie. Ce qui est plus sûr, c'est que le roi asturien est bien passé dans la région entre 820 et 830, dans les années qui ont suivi la découverte du sépulcre de l'apôtre.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Luc

Mercredi 18 Octobre 2017