L'église de San Roman da Retorta

Lugo - San Roman de Retorta

Parcours :

Après plus d'un mois de pérégrination, l'étape de ce jour nous paraîtra bien courte: 17,8 km demandant 4h30.... SAINT ROMAN DA RETORTA est en effet le seul lieu envisageable pour passer la nuit avant Mélide. Le tracé est évident, rectiligne comme si le chemin sentait l'écurie  à moins de cent kilomètres de Santiago et qu'il pressait le rythme. Pourtant passée la porte de saint Jacques et franchi le pont romain, dès la sortie de LUGO la campagne galicienne incite à la flânerie. Elle s'exhibe avec ses murets, ses "horreos" et ses choux qui dandinent leur tête haut penchée. Parfois, on quitte la route récente pour emprunter l'antique "calzada", un chemin creux sombre et dallé, presque parallèle au bitume. La vraie richesse du jour se situe hors chemin. Il serait presque impardonnable de ne pas faire le crochet par SANTA EULALIA DE BOVEDA. Le hameau est déjà intéressant avec son habitat traditionnel en granit, mais il faut absolument visiter la chapelle paléochrétienne, découverte au début du XXe siècle sous l'église paroissiale. ses origines sont obscures, mais certains affirment que l'édifice remonte au IVe siècle. Au terme de l'étape, SAN ROMAN DA RETORTA ne compte qu'une petite église entourée de son cimetière, le refuge et un bar. Le patron du bistrot est un bavard impénitent. A le laisser parler, à condition de comprendre un castillan mâtiné de galicien, vous saurez tout sur le passage des jacquets par SAN ROMAN au fil des siècles.

Dénivelé :

description du dénivelé

Curiosités :

Pour quitter Lugo au Moyen Âge, on empruntait la Puerta Mina pour retrouver la voie romaine d'Iria Flavia. A partir du XVIIIe siècle, au cours de travaux d'urbanisme destinés à améliorer la circulation engorgée de Lugo, la Puerta Santiago fut remodelée et commença à être privilégiée . Un Santiago Matamoros placé dans une niche surveille les pèlerins.Les deux portes de sortie mènent à la Calzada de Ponte qui dégringole vers le rio Mino.Le pont Vella fut édifié par les romains au 1er siècle de notre ère et fut reconstruit au XIIe siècle puis réaménagé au XIVe. Enfin, le XVIIIe siècle modifia profondément l'ouvrage dont les seuls éléments romains sont les fondations. Le pont débouche sur la Estrada Vella de Santiago, la vieille route de Santiago. Le paysage devient de plus en plus celtique : prés, bois, maisons de granit, murets fait de dalles en ogive séparées par des empilements de pierres, horreos... Le chemin mène à SEOANE, dont l'église de granit, très ancienne, arbore une rosace de pierre au-dessus du porche.L'édifice appartenait, comme toutes les terres alentour, à l'évêque de Lugo à qui les paysans voisins versaient une somme destinée à la construction de la cathédrale de Santiago.Le chemin traverse ensuite O BURGO, village qui disposa d'un hôpital de pèlerins et dont l'église San Vincente de granit gris, dotée de clochetons, est un magnifique exemple de baroque rural galicien.

Hors chemin: à 14km de Lugo et à 3km du chemin vous pouvez découvrir de village de BOVEDA au sein d'un canton riche en vestiges archéologiques:tumulus néolithiques, "castros"de l'âge de fer, ainsi que la voie romaine qui reliait Lugo à Braga. Le village a conservé tous les éléments de l'architecture locale traditionnelle. Les maisons sont faites uniquement de pierres emplilées, sans aucun recours à quelque mortier que ce soit. Au sein de Boveda,l'église paléochrétienne Santa Eulalia, mise au jour en 1926, prend place sous l'église paroissiale. Il ne reste que peu de choses de l'édifice déterré  et qui comprend 2 niveaux.Il ne reste que peu de choses de l'étage supérieur, en revanche le plan inférieur est quasiment complet. Il comprend trois nefs séparées par des arcades et une abside rectangulaire . Au centre, un bassin creusé est équipé d'un système de régulation du niveau de l'eau. Les murs sont couverts de fresques exquises réalisées au IVe siècle et représentant principalement des oiseaux.Les bas-reliefs de l'entrée seraient plus anciens et leur signification plus mystérieuse.Plusieurs hypothèses ont été élaborées quant à l'origine du sanctuaire.Il a été identifié comme une église paléochrétienne . Cependant, la piste creusée en son centre laisserait croire qu'il s'agissait d'un temple romain dédié à des divinités liées à l'eau, par exemple les nymphes, dont le culte était très populaire dans la Galice romaine. Puis, le temple aurait été transformé en lieu de culte chrétien et le bassin reconverti en baptistère.

De retour sur le chemin, on traverse le hameau de BACURIN. L'église romane dédiée à San Miguel a été érigée au XIIe siècle et l'on remarquera son portail aux voussures torées et son tympan bilobé. Très proche, le manoir San Miguel présente un très beau portail. De superbes chemins creux "corredoiras" mènent à MERA où se dresse son adorable église San Pedro. A SAN ROMAN DA RETORTA l'ermitage roman du XIIe siècle siège au milieu d'un cimetière. A proximité, des maisons en pierre de taille montent la garde le long du vieux chemin médiéval qui a recouvert la voie romaine. Au pied de l'église, on a disposé une relique de la borne romaine qui a été transporté à Astorga.

Office du tourisme de l'étape : NR

 



St Anthelme

Lundi 26 Juin 2017