Légende des icônes

Nature et chemins

Villes et routes

Intérêt culturel

Difficulté du dénivelé

Mont-de-Marsan : Le donjon Lacataye

Roquefort - Mont-de-Marsan

Parcours :

Etape proposée de 28,2 km demandant 7 h 00 de pérégrination et qui nous fait passer par Bostens (8,4 km - 2 h 00), Gaillères (12,5 km -3 h 05), Bougue (19 km - 4 h4 5) avant de rejoindre Mont-de- Marsan, terme de l'étape.

Dénivelé :

Pas de souci, l'étape ne présente pas de difficultés

Curiosités :

L'église de Bostens est mentionnée dans les documents dès la fin du Xe siècle, lorsqu'elle fut donnée par le duc de Gascogne, Guillaume Sanche, au monastère Saint-Sever. Elle a subi des remaniements au XIIe et XIIIe siècles. Les moines firent agrandir le chœur et élever le clocher tour carré. Ce dernier est percé d'ouvertures élégantes qu'embellissent des chapiteaux. Le clocher sera surélevé au XIVe siècle et pourvu à son sommet d'un chemin de ronde. Ainsi conçu, il faisait office de tour de guet. A l'extérieur, on note aussi la présence d'intéressants modillons, hélas très érodés par le temps pour la plupart. A l'intérieur, c'est une colonne romaine qui soutient le bénitier, peut être une récupération opérée le long de l'ancienne voie romaine, le tracé qu'empruntaient les pèlerins au Moyen Âge. A l'origine, l'église devait être entièrement peinte. Il ne subsiste qu'une fresque du XIIe siècle représentant le Christ en majesté. Au-dessus du porche d'entrée, on remarque également la présence d'un chrisme original qui, en plus des lettres habituelles "Khi" et "Rhô", porte les inscriptions: "Lux", "Pax" et "Lex".

La cité de Mont de Marsan aurait été fondée vers 1135 par Pierre de Lobanner, vicomte de Marsan qui voulait en faire une place forte. Des fortifications, ne demeurent que le donjon de Lacataye qui date du XVe siècle. Au Moyen Âge, Mont-de-Marsan comprenait deux quartiers bien distincts : la ville fortifiée autour du château et, d'autre part, le quartier du port sur la rive du Midou. Les pèlerins de passage étaient accueillis dans plusieurs hospices dépendant de communautés religieuses. Hors de la ville, il y avait également un hôpital Saint Jacques qui fut rasé en 1577 par les protestants. L'église Saint-Médard était le premier sanctuaire que les pèlerins découvraient dès leur arrivée à Mont de Marsan. C'était un bel édifice roman qui fut entièrement restauré au XVIIe siècle. A l'intérieur de l'église, à défaut de saint Médard, on découvre surtout des représentations de saint Antoine et de saint Jean-Baptiste. On aura aussi plaisir à voir les maisons dites "romanes" du XIIe siècle qu'il est rare de rencontrer en France aussi anciennes. Leur particularité est d'être construites en pierre coquillière, une roche calcaire qui été aussi utilisée pour l'édification de saint Médard. On peut voir l'une de ces maisons au 6 bis et au 24 bis de la rue Maubec. Enfin, l'église de la Madeleine vous apparaitra avec sa façade néoclassique de 1830. Avant cet édifice, deux sanctuaires s'étaient succédés à cet emplacement : le premier en style roman du XIe siècle, le second était une construction gothique fortifiée du XIVe siècle. L'un et l'autre étaient dédiés à Marie-Madeleine à l'instar de la basilique de Vézelay : faut-il y voir une référence au chemin emprunté par les Jacquets et que nous suivons à notre tour ?

Office du tourisme de l'étape : 05 58 05 87 37

 



St Barthélémy

Jeudi 24 Août 2017