Le Moulin Mystique

Le moulin mystique

Situé sur un pilier coté sud de la nef, c’est un des plus beau chapiteaux de Vézelay, si ce n’est le plus beau. Ce chapiteau est attribué au sculpteur qui a réalisé le grand tympan du narthex qu’on appelle le « Maître du grand tympan ».

C’est le chapiteau du Moulin Mystique. Ce symbole se trouve assez fréquemment dans l’iconographie classique. Le moulin représente le Christ, il est alimenté par le grain qui symbolise l’ancienne alliance la farine symbolisant la nouvelle alliance. Le grain se rattache donc à Moïse, à l’alliance du Sinaï, cette alliance qui est comme une loi extérieure à l’homme qui pesait sur le dos de l’homme comme un joug. La farine de la nouvelle alliance, c’est cette nouvelle alliance intérieure, qui a pénétré le cœur de l’homme. Dieu s’est fait homme, il est venu habiter en l’homme. Par ailleurs, le grain n’est pas assimilable directement, car il est encore pourvu d’une écorce. Mais il contient dans son ventre la farine. Le rôle du moulin, le rôle du Christ, c’est de rendre cette nourriture de la première alliance assimilable. Elle est transformée. D’accomplir la Loi, car le grain, lui est inaccompli. On ne peut pas faire du pain avec du grain, il faut d’abord qu’il soit moulu.

La particularité du moulin mystique de Vézelay, réside dans la présence de deux personnages qui sont à première vue légèrement énigmatiques. En étant un peu familiarisé avec la symbolique médiévale des vêtements, l’on constate qu’ils portent chacun une robe différente. La robe courte, c’est la robe de l’esclave, la robe longue, c’est la robe du maître, du noble, de l’affranchi. Car il est évident qu’on n’allait pas dépenser du tissu inutile pour couvrir les esclaves. Dans la symbolique chrétienne ceux qui portent une robe longue sont affranchis du péché, ce sont principalement les apôtres, on les reconnait d’autant mieux qu’ils sont représentés les pieds nus. Le prophète Isaïe, déjà, était émerveillé par la beauté des pieds de ceux qui portent la bonne nouvelle (Es 20,2). Les apôtres sont traditionnellement représentés habillés de long et les pieds nus. C’est d’ailleurs le cas du personnage de droite qui a une robe longue et qui, pour pouvoir travailler à l’aise est obligé de la replier sur son bras.

Ce n’est pas le cas du personnage de gauche, qui a une robe courte, et des chaussures. Ce qui peut sembler paradoxal, parce que l’attitude des personnages dément à peine leur façon de s’habiller. C’est l’affranchi, celui qui est à droite, qui est dans une attitude déférente par rapport à l’autre personnage qui lui, occupe la place centrale. Sa tête est exactement dans l’axe du chapiteau, à la place principale du chapiteau. C’est la tête de ce personnage de gauche qui reçoit le maximum de lumière. Cette lumière qui a été extrêmement bien utilisée par le sculpteur. Celui-ci s’est servi de la lumière, il a distordu sa composition pour que la lumière se répartisse harmonieusement sur l’œuvre. On voit donc plusieurs parties très éclairées le front et le visage du personnage de gauche, de même que la roue du moulin qui est un cercle crucifère (avec la croix au milieu). C’est ce symbole qui assimile finalement le moulin au Christ. Ce qui est étonnant c’est que cette roue et la tête du personnage sont mis en parallèle alors que ce personnage porte des vêtements d’esclave.

Le personnage de gauche , à la robe courte prend le sac de blé et verse son contenu dans la trémie du moulin dans un mouvement très naturel. Le personnage de droite quant à lui présente un sac sous le moulin pour recevoir la farine.

Qui sont ces deux personnages ? Le personnage de droite est saint Paul reconnaissable à sa tête allongée. Il a toujours ce front un peu dégarni avec une longue barbe qui s’effiloche. Un nez bien busqué et des yeux à fleur de tête. C’est donc saint Paul qui recueille la farine de la nouvelle alliance pour l’apporter sur ses pieds nus aux nations. Saint Paul c’est l’apôtre des gentils, c’est lui qui est venu vers nous, nous qui n’étions pas juifs.

Qui est l’autre personnage ? Nous avons évoqué ses chaussures et sa robe courte, mais il faut encore observer qu’il porte une cape, qui est un attribut royal. Sur la hanche droite une spirale dextre, une spirale qui tourne dans le sens de l’univers. C’est un roi, au sens cosmique du terme, qui porte des vêtements d’esclave. Qui cela peut-il bien être, ce roi qui s’est fait esclave ? Ce ne peut être que le Christ en personne qui vient lui-même porter cette ancienne alliance de Moïse, sous la forme du grain à moudre, afin d’en extraire toute la finesse et de la donner à saint Paul qui ira porter la Parole aux nations.

Transmis par Catherine et Gilbert BUECHER - Mars 2011

 



St Christophe

Lundi 21 Août 2017