Tours : Basilique Saint-Martin. De l'ancienne basilique, il ne reste que deux tours : la tour Porche (dite de Charlemagne) et la tour de l'Horloge. C'est au XIXème siècle que sera bâtie l'actuelle église Saint Martin, de style romano-byzantin, au-dessus de la crypte où reposait le corps du saint évêque.

Une statue monumentale de saint Martin, en bronze, orne le dôme. Le 17 février 2014, celle-ci, sur structure d'acier, haute de plus de quatre mètres et pesant 2,4 tonnes) est déposée en raison d'un risque de chute dû aux intempéries hivernales. À cette occasion, une boîte en plomb contenant un os attribué au saint, relique placée en 1889 dans le bras droit de la statue, y est découverte ; la boîte renferme également des reliques de trois autres évêques de Tours (saint Brice de Tours, saint Perpet et saint Grégoire de Tours

Prière du pèlerin que l'on découvre à l'entrée de la basilique Saint Martin.

Tombeau reconstitué de saint Martin de Tours, dans la crypte de la basilique.

Vue de l'intèrieur de la coupole néo-bysantine.

Statue de Saint Martin coupant son manteau pour couvrir un mendiant...

La basilique Saint Martin et la Tour Charlemagne

Vestige de la tour Charlemagne. Sur le côté droit de l'image on aperçoit la tour de l'horloge.

La façade de la tour Charlemagne faisant face à la basilique et recevant la représentation de Saint Martin

Gros plan sur la représentation de Saint Martin située sur la façade de la Tour Charlemagne

La tour de l'horloge tout comme la tour Charlemagne  sont les seuls  vestiges de l'ancienne basilique médiévale  (IXe siècle-1802). L'église fut incendiée par les Normands le 8 novembre 853, puis à nouveau le 30 juin 903, à la suite de quoi le sanctuaire fut entouré d'une enceinte fortifiée, distincte de celle de Tours, achevée en 918. Il y eut un grand incendie accidentel en 994, ce qui entraîna une reconstruction, sous l'impulsion d'Hervé de Buzançais, alors trésorier de Saint-Martin, et une nouvelle consécration en 1014. Un sinistre eut encore lieu en 1096, et on procéda à un grand remaniement de l'édifice entre 1175 et 1180 : c'était alors une étape importante sur la Via Turonensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Tours : Cathédrale Saint-Gatien. Elle a été construite entre 1170 et 1547. Lors de sa création, elle était située presque au débouché du pont franchissant la Loire contrôlé par le château de Tours, sur la route reliant Paris au sud-ouest de la France. Sur le plan architectural, Saint-Gatien, pourtant très bel édifice, n'est cependant pas reconnu comme une des cathédrales gothiques majeures de la France. Mais elle possède un joyau exceptionnel : sa collection de vitraux.

La nef et le choeur de la cathédrale

Les plus beaux vitraux, éblouissants, ornent les chapelles du déambulatoire et les fenêtres hautes du chœur ainsi que les roses du transept. C'est un des plus parfaits ensembles du XIIIe siècle (vitraux à médaillons) existant en Europe.

La Loire, ce dernier grand fleuve sauvage français s'est apaisé en traversant Tours.

On ne se lasse pas de contempler les multiples reflets de la Loire.

L'Hôtel de Ville de Tours

Charmante façon de concilier vie terrestre et fluviale.

Au détour d'une rue, dans le Tours ancien.

Le Pont Wilson est le plus vieux pont de Tours encore debout, construit entre 1765 et 1778. Il est composé de 15 arches, long de 434 mètres et traverse la Loire. Les Tourangeaux le surnomment « Pont de pierre ».

Le Grand Théâtre et Opéra de Tours : Le Grand Théâtre de Tours est construit sur l'ancienne église des Cordeliers. Dès 1796, cette église est convertie en théâtre de 800 places par un particulier, le citoyen Bûcheron. En 1867, la salle est rachetée par la municipalité qui la fait démolir et remplacer par un nouvel ensemble inspiré de l'Opéra Garnier et conçu par l'architecte Léon Rohard.

Dans le Vieux-Tours....

Rue bordée de maisons à pans de bois dans le "vieux" Tours.

La Place Plumereau avec ses maisons à colombages datant du XVe siècle constitue le centre du quartier du Vieux-Tours.

Place Plumereau : couramment nommée « place Plume » – et toutes rues alentour, piétonnes, abritent aujourd'hui de nombreux bars et restaurants qui accueillent Tourangeaux, étudiants et touristes.

Maison en ardoise dans le Vieux-Tours

Sculpture sur de vieilles maisons de Tours

Ces sculptures sont de véritables chefs d'oeuvre réalisés par des compagnons et qui ont défié le temps...

Superbe sculpture en bois ornant de vieilles maisons qu'on ne se lasse pas d'admirer!

Il fait bon flâner à Tours notamment sur le Boulevard Heurteloup particulièrement ombragé en période d'été...

Détail de la gare de Tours

Le temps est compté au pèlerin pour la découverte d'une localité... Les choix peuvent être corneilliens mais il serait dommage que vous ratiez le musée du compagnonnage qui renferme tant de chefs d'oeuvre et qui nous rappelle que les compagnons furent à l'origine des superbes monuments que vous pouvez découvrir tout au long de votre cheminement. Les images qui vont suivre sont une sélection non exhaustive de splendides réalisations dont seul l'amour du métier et du travail bien fait sont à l'origine...

Dès l'entrée du musée, le roi Salomon est à l'honneur avec ce beau vitrail.Les légendes compagnonniques font référence à trois fondateurs légendaires: Salomon, Maître Jacques et le père Soubise qui les mettent en scène à l'occasion de la construction du Temple de Salomon, événement censé avoir vu naître l'ordre des compagnons, bien que les textes bibliques qui la décrivent n'en fassent pas mention.

Représenté en robe de bure, le père Soubise aurait été selon la légende architecte sur le chantier du Temple de Salomon, où il aurait encadré les charpentiers. Il serait revenu en France par Bordeaux après sa brouille avec Maître Jacques dont il aurait jalousé l'autorité. Selon certaines légendes, il aurait été à l'origine de l'assassinat de celui-ci, alors que d'autres légendes l'en innocentent. Une autre légende encore en fait un moine bénédictin qui aurait participé avec Jacques Moler au chantier d'Orléans.

Un travail de charpenterie remarquable!

Le Rolle des compagnons menuisiers

La représentation d'un compagnon...chemin faisant!

Un chef d'oeuvre de ferronerie...

Cette réalisation semble indiquer que le compagnonnage est universel!

Illustration à la gloire des compagnons couvreurs

Ces mains....plus vraies que vraies!

Superbe pendule réalisée par un Compagnon-ébéniste...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



St Victorien

Jeudi 23 Mars 2017