À l'époque médiévale, Trencavel, vicomte d'Albi, avait construit un château à l'emplacement de cette église.

Castres : La rivière était autrefois le centre vital de la ville de Castres. Ces maisons ont été dès le Moyen Âge le lieu d'activité principal des castrais. Ces maisons d'artisans abritaient différents corps de métiers tels que tanneurs, teinturiers, parcheminiers, papetiers et tisserands. Toutes ces maisons ont des bases médiévales dont les ouvertures sont en berceau ou en ogive. Les caves appelées «caoussino» en occitan (littéralement cela signifie usine à chaux) ouvrent sur la rivière et possédaient des lavoirs.  Après avoir nettoyé et rincé les peaux dans l'Agout, on les déposait dans les cuves emplies de chaux. Au rez-de-chaussée étaient situés les appartements des ouvriers puis ceux des maîtres. Cependant, il n'était pas systématique de trouver sous le même toit l'habitat et l'activité professionnelle de l'artisan. Dès l'époque de Louis XIV, les documents cadastraux indiquent fréquemment des propriétaires différents pour les «caoussino» et les étages supérieurs.

Aux deux derniers étages de ces maisons, se trouvaient les séchoirs, l'un plus haut que les pièces d'habitation elles-mêmes afin que les cuirs ne traînent pas par terre. Ces pièces sont pourvues de petites ouvertures qu'il devait être aisé de fermer avec des volets de bois pour, en été, défendre les cuirs des ardeurs du soleil et en hiver de la force de la gelée. Sous les toits, le deuxième séchoir portait le nom de « soleiller », largement ouvert pour laisser pénétrer la lumière et l'air.  Ces maisons, appelées aussi «la petite Venise» ont conservé leurs encorbellements de bois et leurs balcons. Depuis les années 1980, ces maisons ont été restaurées et sont entrées dans la catégorie HLM, dans le cadre d'une réhabilitation du centre ville.  Trois ponts relie les deux berges de l'Agout et le centre historique de la ville de Castres dont les Maisons sur l'Agout constitue le centre névralgiques.

La statue de Jean Jaurès est placée entre les Arcades et la place en hommage à l'homme politique castrais. Jean Jaurès est né à Castres (Tarn) le 3 septembre 1859 et assassiné à Paris le 31 juillet 1914. Orateur et parlementaire socialiste, il s'est notamment illustré par son pacifisme et son opposition au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

La Cathédrale Saint-Benoît est la plus grande de Castres. Elle a été bâtie à l’emplacement de l’abbatiale fondée au IXe siècle par les bénédictins dont il reste le clocher seul vestige d’architecture romane qui a conservé sur ses faces des bandes lombardes du même type qu’à Saint-Salvy d’Albi ainsi que des modillons modulés [1]. Le dernier niveau de la tour a été très largement modifié au XVIIe siècle, classée monument historique depuis septembre 1987. Après que les guerres de religion eurent détruit les deux premiers édifices, la construction fut confiée à l’architecte Caillau en 1677 puis Eustache Lagon reprit les travaux en 1710. Elle fut consacrée en 1718. Pour des raisons financières, elle n' pas été terminée. L'entrée a été réalisée sur le côté. On distingue le style gothique de cette édifice situé derrière les jardins et le palais de l'évêché.      Magnifique Cathédrale Saint-Benoit derrière l'Évêché de Castres Classée monument historique en juin 1953 la cathédrale Saint-Benoît de style baroque, à la nef resserrée, est impressionnante par ses vastes proportions. Le chœur est entouré de quatre statues de marbre de la fin du XVIIe siècle provenant de la chartreuse de Saïx. Seule œuvre destinée à la cathédrale, la Résurrection du Christ, toile du retable du maître-autel commandé par Mgr Barral à Gabriel Briard.

Célèbre tour de l'ancienne abbaye au cœur de l'Évêché

Musée Goya : Le musée est consacré aux peintres espagnols en général et à Francisco Goya en particulier. Il est situé dans l'ancien palais épiscopal, construit en 1675 sur les plans de Jules Hardouin-Mansart, architecte de Versailles. Le palais est aussi réputé pour ses jardins, dessinés par André Le Nôtre.

 



St Marc

Mardi 25 Avril 2017