L'église d'Argagnon

Le choeur de l'église d'Argagnon

Le gave de Pau entre Arpagon et Maslacq sur son trajet béarnais

Le village de Maslacq, jolie bourgade qui possède des maisons rurales anciennes

Vestiges de château à Maslacq

L'oratoire Notre Dame de Muret

Notred Dame de Muret (Voir son histoire sur la photo suivante)

Au loin on aperçoit le complexe de Lacq

L'abbaye de Sauvelade du XIIe siècle:Nous ne connaissons pas la date de sa construction. Tout laisse à penser qu’elle n’a pas été construite dès 1127. La chapelle primitive était certainement plus modeste que celle que nous connaissons aujourd’hui. Nous sommes cependant certains qu’elle était déjà construite en 1287.  Après soixante années de période probatoire et de négociation, les moines de l’abbaye furent autorisés à se rattacher à l’ordre de Cîteaux. La cérémonie d’affiliation se déroula la 11 janvier 1286.  L’ordre cistercien explique son style dépouillé caractéristique de tous les édifices appartenant à cet l’ordre suivant la règle de saint Benoît.  Son originalité vient de son plan en « croix grecque » de type centré. L’église, à nef unique courte et d’une longueur égale au transept, se termine par une abside centrale et deux absidioles latérales en hémicycle. Cette disposition est toutefois discutée, d'après des observations sur l'emplacement des ouvertures, il semblerait que la nef fût à l'origine bien plus longue. La coupole surmonte la croisée et repose sur des arcs doubleaux légèrement brisés que supportent des pilastres.  Le bâtiment actuel, partie église, a subi très peu de modifications depuis le xiiie siècle, si ce n’est le toit en ardoise qui domine le clocher, qui date du xixe siècle. L’édifice primitif comportait une simple couverture en écailles de bois ou bardeaux, il reste encore à la base du clocher les quatre coins de l’ancien toit.  Auprès de la porte qui ouvre sur le transept, le pied de bénitier en marbre vert de Campan provient certainement d’un fût de colonne d’une villa aquitano-romaine, comme pour l’église de Bielle en vallée d’Ossau.A côté de l'abbaye, le vaste monastère est du XVIIe siècle.

L'abbaye de Sauvelade du XIIe siècle:Nous ne connaissons pas la date de sa construction. Tout laisse à penser qu’elle n’a pas été construite dès 1127. La chapelle primitive était certainement plus modeste que celle que nous connaissons aujourd’hui. Nous sommes cependant certains qu’elle était déjà construite en 1287.  Après soixante années de période probatoire et de négociation, les moines de l’abbaye furent autorisés à se rattacher à l’ordre de Cîteaux. La cérémonie d’affiliation se déroula la 11 janvier 1286.  L’ordre cistercien explique son style dépouillé caractéristique de tous les édifices appartenant à cet l’ordre suivant la règle de saint Benoît.  Son originalité vient de son plan en « croix grecque » de type centré. L’église, à nef unique courte et d’une longueur égale au transept, se termine par une abside centrale et deux absidioles latérales en hémicycle. Cette disposition est toutefois discutée, d'après des observations sur l'emplacement des ouvertures, il semblerait que la nef fût à l'origine bien plus longue. La coupole surmonte la croisée et repose sur des arcs doubleaux légèrement brisés que supportent des pilastres.  Le bâtiment actuel, partie église, a subi très peu de modifications depuis le xiiie siècle, si ce n’est le toit en ardoise qui domine le clocher, qui date du xixe siècle. L’édifice primitif comportait une simple couverture en écailles de bois ou bardeaux, il reste encore à la base du clocher les quatre coins de l’ancien toit.  Auprès de la porte qui ouvre sur le transept, le pied de bénitier en marbre vert de Campan provient certainement d’un fût de colonne d’une villa aquitano-romaine, comme pour l’église de Bielle en vallée d’Ossau.A côté de l'abbaye, le vaste monastère est du XVIIe siècle

L'intérieur de l'abbaye

Saint Jacques en l'abbaye

Quelques beaux vitraux susbistent au sein de l'abbaye

On quitte l'Abbaye de Sauvelade...

Qu'il est beau le chemin...

Que de pèlerins sur ce chemin semble t-il dire!

 

L’église Saint-Germain-d'Auxerre date du xvie siècle, mais les bas-côtés de la nef ne furent édifiés qu’en 1862. Entre les retombées des arcs du bas-côté, les masques humains encastrés et peints, eux, sont anciens. Il n’est pas interdit d’y reconnaître de grands personnages, contemporains d’Henri II d’Albret. Une porte, située sur le côté, serait celle réservée aux cagots. L'église fut restaurée par Charles-Henri Besnard.

Le petit pèlerin de l'église Saint Martin

Ceinte de murs dès le xive siècle, la ville garde de beaux vestiges comme la porte Saint-Antoine, refaite en 1645, la tour de la Poudrière, la place des Casernes, la fontaine militaire, ainsi que des maisons gothiques et, sur la place de la mairie, un arsenal du xviie siècle construit sur les ruines de la maison des rois de Navarre.

Un pont du xiiie siècle, permet aujourd'hui de franchir le gave d’Oloron, que les jacquets traversèrent longtemps à leurs risques et périls, en barque ou, lorsque le niveau de l'eau le leur permettait, par le gué de Mongaston. En 1188, le Chemin est cité dans la charte du pont de Navarrenx. Il y eut longtemps près de la porte sud une commanderie, un hôpital et une chapelle Saint-Antoine, ces établissements prévoyaient l'accueil des pèlerins et des voyageurs.

 



St Matthieu

Jeudi 21 Septembre 2017