Avallon : collégiale Saint-lazare. L'édifice primitif remonterait au Xè siècle, à l'emplacement d'un oratoire du VIè siècle.

L'église prit de l'importance dès qu'elle reçut les reliques de saint Lazare. Le choeur et les deux chapelles en demi-cercles furent édifiées vers 1080. Les deux portails flanqués de colonnes torses demeurent les seuls vestiges témoignant de la grande délicatesse de la sculpture romane bourguignonne.

Petit portail. Il fut fermé probablement vers la fin du XVIe siècle, est surmonté d'un linteau et d'un tympan dont les sculptures ont beaucoup souffert : abîmées par les intempéries, mutilées lors de la Révolution française.

Statue de saint Pierre sur la façade.

La nef et le choeur.

La voûte en cul-de-four qui termine l'abside est caractéristique de cette période, dite de " L'cole de Cluny", tandis que les fresques qui l'ornent sont du XIXe siècle.

La chapelle à droite du chœur comporte des stalles destinées aux chanoines, elle est ornée de peintures en trompe-l'œil du XVIIIe siècle.

Avallon : Tour de l'Horloge. Cette tour de 49 mètres de hauteur, construite en 1456, avait pour objectif de permettre à des guetteurs de veiller jour et nuit sur les environs de la ville. Quatre années plus tard, une cloche de 230 kg est hissée à son sommet afin que le guetteur puisse donner plus rapidement l'alerte en cas d'arrivée d'envahisseurs.

Avallon : la vieille ville.

Avallon : Vue sur les jardins-terrasses depuis le parc des Chaumes.

Asquins vu du vignoble à vins de Bourgogne.

Le tertre de l'église domine le village.

Chapelle Saint-Nicolas sur le chemin de liaison entre Asquins et le GR 13.

Le site de La Cordelle, aux pieds de la colline éternelle en direction d'Asquins, marque le lieu où saint Bernard avait prêché la seconde croisade en 1146. La chapelle romane a été construite au milieu du 12e siècle par l'abbé de Vézelay en mémoire de ce grand évènement historique. C'est également le site du premier couvent Franciscain en France, fondé en 1217 autour de la chapelle. Longtemps oubliée, la chapelle est aujourd'hui de nouveau maintenue par les franciscains et ouverte à la visite. Le petit édifice présente une nef carrée voutée en berceau et un petit chœur côté est, également carré et voûté en ogive. L'originalité de la chapelle réside dans son modeste décor roman à arcatures sur colonnettes allégeant les murs latéraux et entourant le triplet de baies de la façade nord. On y trouve des chapiteaux décorés de beaux feuillages contemporains du narthex de la Basilique et un chapiteau sculpté d'aigles. C'est un lieu plein de charme et de silence.

Vézelay ! Ce sommet de l’art roman est un site merveilleux d'art et d'histoire. C’est sur l’une des dernières collines du Morvan, dominant la vallée de la Cure, que s’est édifiée dès le 9e siècle l’abbaye de Vézelay puis la ville médiévale importante et florissante. Alors commence un ample mouvement de convergence vers la sainte colline, qui fait de Vézelay, pendant près de trois siècles, l’un des quatre principaux pèlerinages de la Chrétienté, avec Jérusalem, Rome et Saint-Jacques-de-Compostelle. Vézelay devient une halte importante sur la route du pèlerinage de Compostelle et son histoire est marquée également par le grand évènement de 1146, quand Saint Bernard prêcha la seconde croisade sur les pentes de la colline. A Vézelay, tout est d’une grande beauté: les ruelles pittoresques, les façades des maisons du Moyen Âge, les multiples caves romanes, la vue étendue sur les environs, et le sentier des remparts qui l'entoure. C’est au sommet de cette colline éternelle, dominant toute la région, que fut construite, au cours du 12e siècle, la basilique de la Madeleine, l’une des plus belles églises romanes de France, sauvée de la ruine au milieu du 19e siècle par Viollet-le-Duc. Elle est d’une architecture très équilibrée bien que composée de parties distinctes. La grande nef romane des années 1120-1140, d’une harmonie parfaite, est construite à deux étages et est entièrement voûtée d’arêtes selon la tradition issue du Brionnais. L'élévation est décorée sur toute la hauteur et la lumière magique éclaire ses sculptures. Le haut narthex fut construit directement après la nef, montrant une structure plus évoluée aux profils brisés et avec tribunes. De l’autre côté, le transept et le chœur lumineux de style gothique primitif de la fin du 12e siècle s'opposent aux architectures romanes, mais le mariage entre le roman et le gothique est splendide. La magnifique architecture est rehaussée par un ensemble de sculptures romanes de la première moitié du 12e siècle qui compte parmi les plus importantes. D’abord le grand portail du narthex dont le tympan au Christ envoyant les Apôtres est le chef-d’œuvre de l’art roman bourguignon, entouré par le linteau plein de mouvement et les voussures abondantes. Les deux portails latéraux du narthex racontent les scènes de la vie du Christ et ses sculptures formidables rappellent celles du Brionnais. La magnificence de la sculpture réside dans l’ensemble somptueux de chapiteaux qui décorent la nef et le narthex de la basilique : plus de 120 chapiteaux dont la plupart sont historiés, d’une grande variété et abondance. On trouve ici toute la bible dans la pierre sculptée avec soin par un atelier de sculpteurs qui a travaillé en Bourgogne pendant cette période de l'apogée de la sculpture romane. Pendant la visite, vous ne devez pas manquer la façade datant des 12e au 19e siècles (dont les portails sont en grande partie martelés), les deux clochers dominant la basilique, la crypte d'origine très ancienne sous le chœur et la grande luminosité de l'ensemble très équilibré. La basilique est flanquée de bâtiments de l’ancienne abbaye, dont subsistent la salle capitulaire d’un excellent style roman finissant et l’ancien dortoir à l’étage qui sert de Musée lapidaire où vous pouvez admirer un ensemble très intéressant de sculptures romanes déposées par Viollet-le-Duc : chapiteaux déposés de la nef et des tribunes du narthex, médaillons sculptés et plusieurs sculptures provenant de la façade de la basilique. On vous prend par la main sur cette page...

Les amateurs de l’art roman peuvent trouver plusieurs autres monuments romans dans la très belle ville ancienne de Vézelay : d’abord deux anciennes églises paroissiales désaffectées. Saint-Etienne, en bas de la ville, était du type des églises à deux étages voûtés d'arêtes, et conserve encore sa nef intéressante transformée en magasin. Saint-Pierre, église romane probablement du même type, est encore plus martelée: il n'en subsiste que la tour de l’horloge du 17e siècle. Dans les rues, et surtout dans les quartiers entourant l’abbaye, vous pouvez admirer encore plusieurs façades romanes avec grandes arcades et baies géminées, ainsi qu'un grand nombre de caves voûtées du 12e siècle conservées sous les maisons, qui font de Vézelay un monument roman dans son entier. Enfin, en dehors de la ville en direction d’Asquins, on trouve la délicieuse chapelle de la Cordelle avec ses arcatures et chapiteaux du milieu du 12e siècle

Nef de la basilique Sainte-Madeleine.

La basilique Sainte-Madeleine, majestueuse, perchée sur son promontoire.

 



St Anthelme

Lundi 26 Juin 2017