Nous quittons Carcassonne à regret non sans avoir admiré les vitraux de la cathédrale, considérés comme les plus intéressants du midi.

Nous traversons la place Carnot et découvrons la fontaine de Neptune.

L'itinéraire nous conduit dans la campagne.

Nous approchons d'Arzens, ancien village fortifié.

Au carrefour d'Arzens, une belle croix en pierre couverte de coquilles, indique le chemin.

Arzens, fontaine grande.

Arrivée à Montréal

Une fine pluie, bien venue et rafraîchissante nous accueille.

Sur l'emplacement d'une église paroissiale dédiée à Saint Vincent, Jean Duèze (futur pape Jean XXII) fait construire en 1317 ce véritable vaisseau fortifié doté d'un Chapitre collégial. En cette période de reconquête catholique, il convenait de remettre "dans le droit chemin" cette cité jugée trop compromise par le catharisme.

 L' architecture de la collégiale est particulière, en effet : ce bâtiment, véritable vaisseau fortifié semble avoir été construit d'un seul jet. Il révèle sous un examen attentif qu'il est en réalité composite. Tout dans l'édifice est monumental : l'escalier qui donne accès au porche, la lourde porte cloutée aux ferrures impressionnantes, jusqu'aux dimensions de la nef (22 m. de large sur 22 m. de haut !).

Symbole écrasant de la reconquête du pays par l'Eglise, l'ensemble offre un bel exemple de gothique méridional.

Intèrieur de la Collégiale.

Ruelle typique du puits banal à Montréal.

Saint Roch en l'église de Montréal, très vénéré dans le pays. Le 16 août, jour de la fête du saint, on bénissait les animaux sur la place de l'Espéron.

En cheminant vers Fanjeaux.

La tour de Ferran.

Après la découverte de Montréal nous avons hâte d'atteindre Fangeaux..village qui vit naître la doctrine dominicaine..

Paysage de notre étape.

Qu'il est agréable de cheminer sur un sentier herbeux.

Fanjeaux, village joliment perché, vit naître la doctrine dominicaine en pays cathare.

En 1206, Dominique de Guzman choisit Fanjeaux dans le Lauragais pour combattre ce foyer d'hérésie cathare. La croisade de Simon de Montfort, déclenchée  en 1209, marqua l'échec de Saint Dominique dans son entreprise de conversion et sa volonté de combattre les "bons-hommes" sur leur terrain : celui de la pauvreté et de la non-violence.

Eglise N-D. de l'Assomption, elle fut construite en 1278 sur les vestiges d'un temple de Jupiter. C'est un édifice gothique languedocien avec une large nef à charpente apparente bordée de six chapelles. Son clocher abrite un carillon manuel de 10 cloches. elles.

Les halles.

Belle croix celte, à la main bénissante, à Fanjeaux.

Détail

Ruelle à Fanjeaux

 

 

 



Ste Marie-Madeleine

Samedi 22 Juillet 2017