Chaque matin, il nous faut trouver la bonne direction.

Le balisage avec une coquille rassure d'autant que nous sommes sur un sentier européen.

De bon matin, tout droit....cap sur les Pyrénées.

Il nous faudra encore bien des jours de marche avant de franchir la muraille pyrénéenne.

On ne se lasse pas d'un tel paysage. Quel beau chemin pour nous mener à la bastide de Mirepoix!

Bientôt nous atteignerons la bastide de Lignairolles, édifiée en 1265 par Gui de Lévis III, seigneur de Mirepoix.

Eglise Sainte Marie de Malegoude, son nom apparaît en 1318 dans les pouillés de Mirepoix. Un pouillé est un dénombrement de tous les bénéfices ecclésiastiques situés dans un domaine géographique donné.

Après avoir suivi, un suprebe chemin, véritable coulée verte de six km, nous arrivons dans la cité médiévale de Mirepoix.

Dépendante du comté de Foix, la bastide de Mirepoix fut gagnée par le catharisme à la fin du xiie siècle. Un concile en 1206 y rassembla 600 cathares. La ville fut prise en 1209 par Simon de Montfort qu'il donna à un de ses lieutenants Guy de Lévis, d'où la famille de Lévis-Mirepoix. La ville, initialement établie près du lit de l'Hers, sur sa rive droite, est inondée par une violente crue (accompagnée de la rupture du verrou du lac de Puivert) en 1289, et non 1279, comme l'erreur ancienne d'un copiste l'a longtemps fait croire. Totalement détruite, elle est rebâtie immédiatement sur l'autre rive de la rivière, mais cette fois sur une terrasse naturelle surélevée, cédée par le seigneur de Mirepoix. Mirepoix n'est donc pas à proprement parler une « bastide » (ville nouvelle de repeuplement), mais une ville ancienne reconstruite sur les plans urbanistiques en vigueur à cette époque, et qui sont typiques des bastides. Mirepoix fut un évêché jusqu'en 1801.

La célèbre place à couverts (Place du Maréchal Leclerc).

C'est en 1317 que l'église paroissiale Saint Maurice devient la cathédrale de l'évêché de Mirepoix. Il aura fallu, avec des interruptions, cinq siècles - de 1343 à 1865- pour achever cet édifice couronné par une élégante flèche gothique. La cathédrale que nous connaissons vit sa première pierre posée par Jean Ier de Lévis-Mirepoix, le 6 mai 1298 (date à laquelle a été posée la pierre de dédicace).

La place principale de Mirepoix est entourée de maisons, fin XIIIème s.- XVème s., dont le premier étage s'avance sur des couverts en charpente.

On ne s'en lasse pas...

Maison des Consuls avec ses têtes sculptées

Détail des têtes sculptées

La boutique rose : charmant.

 Le palais épiscopal, pour la partie située dans le prolongement de la nef de la cathédrale, date du XVe siècle. Il fut bâti, également, par Philippe de Lévis. Il abrite de nos jours le musée Patrimoine et traditions. Le bâtiment perpendiculaire fut construit au XVIIIe siècle à la demande de l'évêque Jean Boyer.

 



St Victorien

Jeudi 23 Mars 2017