Départ de l'étape à partir de l'église Saint-Martin.

Entre Campagnac et Le Soulié, ce jardin fleuri réjouit nos sens...

On arrive à Espeyrac, son église Saint-Pierre rappelle le souvenir d'un prieuré qui dépendait de l'abbaye de Conques.

Une nature en plein épanouissement...

Au revoir Espeyrac...il nous reste 12,1 km de pérégrination pour atteindre Conques...

Sénergues : La tour carrée et isolée du XIVe siècle

L'église de Sénergues

Trop de labels tue t-il le label ?

Le château de Sénergues : La construction de l'édifice remonte au XIe siècle pour le donjon et au XIIe siècle pour le reste du château. Dans les années 1580, Abraham de Guirard, seigneur de Sénergues, chercha à convertir les habitants au protestantisme. Il s’attira les foudres de la communauté de Conques de laquelle dépendait l’église de Sénergues. C'est une vaste demeure seigneuriale aux fenêtres tréflées.

L'intérieur de l'église de Sénergues

En poursuivant le chemin après la découverte de l'église et du château de Sénergues, on a une très belle vue sur le village...

Elle est bien loin la savonnerie de Sénergues...

Elles sont bien différentes de l'aubrac...

L'église de Saint Marcel... Nous sommes à 2,9 km De Conques

Ce petit âne, proche de Conques, en aura vu passer des pèlerins!

Voici Conques...Le pèlerin découvre cette première approche de la cité en débouchant du chemin balisé...

Conques marque indéniablement la fin d'une séquence sur la Via Podiensis. Ce village médiéval demeure toujours dans "son jus" si on peut s'exprimer ainsi !

La première vision de l'abbatiale Sainte Foy lorsque l'on arrive...

L'abbatiale : Le chevet

L'abbaye Sainte-Foy (Le bâtiment où sont hébergés les pèlerins).

Le portail de l'abbatiale Sainte Foy

Le célébrissime tympan du Jugement dernier.

Le père Jean-Régis expliquant le tympan...Un moment exceptionnel à ne pas manquer.

Le tympan : côté gauche montrant, de droite à gauche : Marie, Pierre l'apôtre, Dodon l'ermite fondateur de Conques, Oldoric l'abbé constructeur de l'église qui entraîne Charlemagne et sa suite.

iLe tympan : côté droit

Le tympan : Le purgatoire ou l'enfer ?

 Le tympan : La Jérusalem Céleste.

Abraham

Le tympan : partie centrale

Le tympan : le Christ en majesté

Le tympan : Lucifer et la paresse spirituelle.

Le tympan : central bas

Le tympan : Les deux pouvoirs

Le tympan : Les moines réprouvés

Le tympan : Les porteurs de message

Le tympan : Le cortége des élus

Le tympan : L'ange sonneur

Le tympan : L'hérétique

Le tympan : La croix du Christ

Le tympan : Le faux-monayeur

Le tympan : Le glouton

Le tympan : sainte Foy

Le tympan : Le braconnier

Photo-plaisir de l'intérieur de l'abbatiale Sainte-Foy.

Vitraux de Soulages : né le 24 décembre 1919 à Rodez, dans l'Aveyron, est un peintre et graveur français associé depuis la fin des années 1940 à l'art abstrait. Il est particulièrement connu pour son usage des reflets de la couleur « noir », qu'il appelle noir-lumière ou outrenoir. Ayant réalisé quelque 1 550 tableaux qu'il intitule tous du mot « Peinture » suivi de leur format, il est un des principaux représentants de la peinture informelle.

Le pèlerin de l'abbatiale

Le baptême du Christ

Vue partielle de l'abbatiale depuis le cloître.

La fontaine du Barry, romane, a un réservoir voûté en berceau.

Le pont romain sur le Dourdou.

Nous emprunterons ce pont romain pour quitter Conques.

Des rues moyenâgeuses au charme fou...

Les toits de Conques

La porte du Barry (qui signifie "faubourg").

L'environnement immédiat de l'abbatiale.

Il faut prendre de l'altitude pour découvrir ce site remarquable !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



St Matthieu

Jeudi 21 Septembre 2017