Partant de la cathédrale de Lectoure pour arriver à celle de Condom, le GR fait (depuis la chapelle d'Abrin) un détour plein Nord vers l'imposante collégiale de La Romieu....Il faut savoir que ce n'est pas vraiment l'itinéraire historique et que celà ajoute cinq kilomètres à une étape déjà longue, mais ceux qui choisiront ce parcours à travers bois ne le regretteront pas , d'autant plus que l'on peut faire étape dans le village. Ceux qui ne désirent pas passer par La Romieu iront de la chapelle d'Abrin à Castelnau sur l'Auvignon, soit par de petites routes de crêtes, soit par la vallée tranquille de l'Auvignon. Les divers tracés une fois réunis, nous passerons tous à la chapelle romane de Sainte Germaine et savourerons ensemble la belle descente sur Condom qui mérite une visite: on comprend mal pourquoi le GR 65 laisse de côté la place Saint Pierre et la cathédrale, entourées de petites rues très agréables.

Espasot et sa croix de la justice

Vue depuis un intérieur gersois...

Panneau peu avant la chapelle d'Abrin... Vous avez un choix à faire: aller à la Romieu ou rallier directement Condom. Bien sûr, si vous opter pour La Romieu vous rallonger votre parcours de 7 km si le terme de votre étape est prévu à Condom....Le choix est peut être cornélien mais de toute manière et compte-tenu de la proximité de la chapelle d'Abrin nous invitons les pèlerins qui ont opté pour la Romieu de faire quelques pas de plus pour découvrir cette superbe chapelle et revenir ainsi en arrière pour reprendre la déviation de la Romieu!

La collégiale apparaît... Nous y serons bientôt!

Vous êtes à la Romieu: la cité des chats! - C'est en écoutant une grand-mère raconter à ses petits enfants la légende des chats d'Angéline, qu'un sculpteur Orléanais aujourd'hui décédé, Maurice SERREAU, eut l'idée de la faire revivre en déposant des sculptures de chats autour de la place.- Cette légende est relatée en dessous des 4 photos qui suivent et qui prennent en compte les chats rencontrés sur la cité!

En l'an de grâce 1338, dans un village de Gascogne appelé LA ROMIEU, célèbre par sa belle collégiale édifiée depuis 20 ans, vivaient heureux Vincent et Mariette. Il était bûcheron, et sa femme l'accompagnait souvent dans la forêt pour faire les fagots. Ils travaillaient dur, mais avec les volailles, le cochon, les légumes et les fruits du jardin, la table était garnie. Ils étaient mariés depuis 3 ans, lorsque Mariette mit au monde une petite fille qu'ils appelèrent Angéline. Hélas Vincent fût écrasé par un arbre qu'il abattait. Mariette, inconsolable, se laissa dépérir et deux mois plus tard, elle fût trouvée morte, tenant Angéline dans ses bras.

La petite fût recueillie par une voisine, et grandit avec ses enfants comme leur soeur. Angéline montrait une grande attirance pour les chats. Il y en avait toujours 2 ou 3 autour d'elle qui, la nuit, dormaient dans son lit. Elle partageait souvent son écuelle avec eux. -   Angéline au fil des ans, devenait une solide jeune fille qui aidait bien ses parents adoptifs aux travaux des champs, toujours accompagnée de ses chats. L'an 1342 et les 2 années suivantes, l'hiver fut rude, et le printemps et l'été si pluvieux qu'il ne fut pas possible d'ensemencer les champs. Il s'ensuivit une grande disette et malgré la distribution par le seigneur Arnaud d'Aux des réserves de la Collégiale, les habitants de LA ROMIEU n'eurent bientôt plus rien à se mettre sous la dent. Ils pensèrent alors aux chats, si nombreux dans le village, et en firent de la gibelotte.

Les parents d'Angéline, sachant combien elle aimait les siens, acceptèrent qu'elle garde un chat et une chatte, à condition de bien les cacher, car les voisins ne demandaient qu'à leur tordre le cou. Angéline enfermait donc le jour les 2 minous dans le grenier, et la nuit les laissait sortir pour chasser. Mais la famine s'accentuait et beaucoup de villageois mouraient. Angéline et ses parents subsistaient péniblement, en récoltant des racines dans les bois, quelquefois des champignons, mais c'était piètre pitance. Très amoindris, ils purent néanmoins, surmonter cette triste période et des temps plus cléments permirent enfin de récolter de quoi vivre.   Mais à LA ROMIEU, où les chats avaient disparu, les rats avaient proliféré au point de menacer les récoltes. Angéline, avec des précautions infinies, avait pu cacher ses chats et ils avaient eu plusieurs portées. C'était une vingtaine de greffiers qui s'ébattaient dans le grenier. Heureusement, la maison était isolée;

Les villageois se lamentaient devant les dégâts causés par les rats. C'est alors qu'Angéline annonça qu'elle allait lâcher une vingtaine de chatons que les habitants pourraient adopter. Les rats disparurent rapidement et c'est ainsi qu'Angéline sauva LA ROMIEU d'un nouveau malheur.   La légende dit aussi que le visage d'Angéline, au fil des ans, ressembla de plus en plus à un chat et que ses oreilles se transformèrent en oreilles de chat.

Le collégiale Saint Pierre de la Romieu:Un ancien prieuré est fondé à La Romieu par deux moines qui, selon la tradition, revenaient d'un pèlerinage à Rome, d'où le nom. En 1317 le cardinal Arnaud d'Aux l'acquiert pour y fonder la collégiale. Ce prince de l'église, parent du pape Clément V et natif de La Romieu, était le Camérier de la cour pontificale : il en était en quelque sorte le véritable Ministre des Finances.

La collégiale Saint Pierre de la Romieu: Cet édifice qui constituait une étape sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, présente une longue et haute nef à quatre travées flanquées de deux tours: l'une carrée est le clocher tandis que l'autre, de forme octogonale, contient de bas en haut la sacristie, l'ancienne salle des archives, la salle capitulaire et le belvédère.

La collégiale de la Romieu: La tour orientale et le chevet

La collégiale de la Romieu: La nef

 

La collégiale de la Romieu: Le cloître

 

La collégiale Saint Pierre de la Romieu: Dernier étage de la tour orientale

La collégiale de la Romieu: La superbe charpente de la tour orientale.

La chapelle d'Abrin (Vous y passez si vous avez opté pour le parcours qui rejoint directement Condom sans passer par La Romieu)

Le chrisme de la chapelle d'Abrin

Un petit compagnon qui nous suivrait bien...

Castelnau sur l'Auvignon: Le clocher de l'église. (Si vous avez optez pour le parcours direct vers Condom qui ne passe pas par La Romieu,vous n'entrerez pas à Castelnau sur l'Auvignon)

La chapelle Sainte Germaine émerge, entourée de vignes!

La chapelle Sainte Germaine:   En ce lieu, au poids de la pierre s’ajoute celui de l’histoire, d’un passé qui remonte à l’occupation romaine. Le miracle, c’est que l’ensemble dégage une surprenante ambiance de légèreté ! A l’origine, un temple gallo-romain au cœur du camp de Soldanum, devenu petite chapelle au milieu d’un hameau aux maisons de bois. C’est Hermana, la fille du seigneur du coin qui fonda sur ce lieu un monastère, très vite florissant et prospère. Les Normands « visitèrent » l’établissement sans ménagement. Hermana et ses sœurs y perdirent la vie. Sa tête, en heurtant le sol, laissa son empreinte dans le rocher qui se trouve au pied de la croix de chemin où les pèlerins de St Jacques déposent chaque jour, traditionnellement leur pierre. Le monastère fut reconstruit au début du XIIe siècle par les descendants du seigneur Arnold Sans qui lui donna le nom de Santa Germana devenu Germaine par usure de la langue. L’histoire a réglé son compte au monastère, seule en subsiste la trace dans le champ au sud de cette merveilleuse petite église.

L'intérieur de la chapelle Sainte Germaine

L'étang de Bousquetara que nous devons contourner....Un magnifique plan d'eau...

 

 



St Georges

Dimanche 23 Avril 2017