Le chemin est verdoyant peu de temps après avoir quitté Livinhac!

Le pittoresque village de Montredon est étagé sur un mamelon et dominé par l'église Saint-Michel.

L'église Saint-Michel de Montredon. A sa place, il y eut un prieuré de l'abbaye de la Chaise-Dieu. Sur le linteau du presbytère, une croix de Malte sculptée garde le souvenir des Hospitaliers de Saint-Jean.

La chapelle romane Sainte-Marie-Madeleine de Guirande est située dans la commune de Felzins (Lot). Construite aux XIIe et XIIIe siècles, elle est inscrite, depuis août 2008, aux monuments historiques pour ses peintures murales datant du début du XIVe siècle. Elle se compose d'une nef charpentée et d'une abside portée par des ogives à section carrée. La base de ces ogives repose sur des culots représentant des masques de pierre datant du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle. L'abside à chevet plat est ornée dans sa partie supérieure d'un christ en majesté, encadré au nord par un aigle symbole de l'évangéliste saint Jean et au sud, par un homme, symbole de l'évangéliste saint Matthieu tandis que la partie inférieure est consacrée à deux scènes hagiographiques. Côté nord, on distingue le martyr de saint Namphaise, tenant ses entrailles, tandis que sur le côté sud est décrit le ravissement de sainte Marie-Madeleine. Sur la voute, côté nord, est représenté un lion, symbole de l'évangéliste saint Marc. Sur la voute côté sud, un taureau, symbole de l'évangéliste saint Luc, tient entre ses pattes un phylactère. Ces deux dernières peintures complètent le Christ en majesté et évoquent la vision d'Ézéchiel (Ez 1, 1-14) et le tétramorphe.

La chapelle de Guirande : L'intérieur

Chapelle de Guirande: Le lion de saint Marc.

Chapelle de Guirande : Le taureau de saint Luc.

Chapelle de Guirande : Le martyr de saint Namphaise.

Chapelle de Guirande : Le Ravissement de sainte Marie-Madeleine.

Vieux calvaire

Un très agréable cheminement...

Importante recommandation !!! En termes galants, ces choss sont dites.

Saint-Félix-de-Mirabel : l'église romane Sainte-Radegonde appartenait à l'abbaye de Figeac.

Saint-Félix-de-Mirabel : L'entrée de l'église.

Eglise Sainte-Radegonde : Sur le tympan du XIème siècle, on reconnaîtra Adam, Eve, l'arbre de la Connaissance et le serpent.

Eglise Sainte-Radegonde : A l'intérieur, on découvrira une croix de fer forgé de 1783 et saint Jacques en vitrail.

Eglise Sainte-Radegonde

Eglise Sainte Radegonde

Eglise Sainte-Radegonde

Maison typique de la région

En quittant Saint-Felix-de-Mirabel on découvre la statue de Jeanne d'Arc - A cinq minutes de là, et au Nord (hors chemin) il serait dommage de ne pas découvrir Saint-Jean-Mirabel et son église, ancien prieuré de l'abbaye de Conques.

L'église était un prieuré de l'abbaye de Conques.... L'entrée de l'église

Quelques explications sur cet édifice..

Saint-Jean-de-Mirabel : Le tympan du XIIIe siècle représente la crucifixion avec la Vierge et saint Jean.

On remarquera le soleil et la lune...

Le village de Lunan

Lunan : Eglise romane Saint-Martin des XI et XIVe siècles.

Une petite pause...Pourquoi pas ?

Figeac se découvre...Dynamique cité marchande au Moyen Age, Figeac conserve la physionomie urbaine et un ensemble remarquable de belles demeures de cette époque.

Belle bâtisse avant Figeac

Les toits de Figeac, bien blottie dans une superbe vallée...

Figeac : Le Pont du Pin est un pont médiéval comprenant deux voûtes construites au XIIIe siècle et une troisième au XVe siècle. Cette dernière enjambait le bief amont du moulin de Paramelle. Ce pont doit son nom à un grand pin disparu à la Révolution.

 Figeac : L' église Saint-Sauveur. Cette église, reste de l'abbaye qui se rattacha à Cluny à la fin du XIe siècle, fut consacrée en 1092. Saint Hugues en fut l'abbé. Bien que très modifiée au cours des siècles, soit du fait d'embellissements, soit à cause des dégâts causés par les guerres de Cent Ans ou les guerres de Religion, elle conserve néanmoins fière allure.

Figeac : L'église Saint-Sauveur est une église de pèlerinage, semblable par ses dimensions à Saint-Cernin de Toulouse ou Sainte-Foy de Conques. Elle est dotée d'une triple nef, d'un vaste transept, d'un déambulatoire et d'une abside à chapelles rayonnantes.

Le portail Nord de l'église Saint-Sauveur.

Détail du portail Nord de l'église Saint-Sauveur.

L'église Saint-Sauveur : détail de l'intérieur.

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié au sein de l'église Saint-Sauveur.

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié : Le Christ au jardin des Oliviers.

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié : La Vierge aux 7 douleurs.

La chapelle Notre-Dame-de-pitié : La déploration du Christ.

Scènes de la vie de la Vierge

La chapelle Notre-Dame-de-Pitié : La Cène.

Figeac : L'église Saint-Thomas - L'église  actuelle faisait partie d'un ancien ensemble conventuel de Carmes au xiiie siècle car le couvent des carmes est mentionné en 1265 parmi les bénéficiaires de legs d'un des coseigneurs de Capdenac. A l'origine de style gothique, l'édifice a connu de nombreux remaniements à la fin du XIXe siècle.

Figeac : Eglise Notre-Dame-du-Puy - C'est la plus ancienne paroisse de Figeac, fondée, après un miracle. C’était le siège d’une confrérie Saint-Jacques. La légende situe la fondation de l'église dans la seconde moitié du VIIIe siècle par le premier abbé de abbaye Saint-Sauveur qui aurait voulu construire une église dédiée à la Vierge pour les pèlerins avant de devenir paroissiale au IXe siècle. Ce serait un miracle qui lui aurait désigné le lieu car en plein hiver un arbre de la colline se serait couvert de feuilles et la Vierge y aurait fait fleurir un rosier. L'église aurait alors pris le nom de Notre-Dame-la-Fleurie. Histoire ou légende ? D'après la Chronique de l'abbaye Saint-Sauveur, les premiers abbés y étaient enterrés. Cependant des fouilles récentes ont montré des murs au niveau du bras nord du transept qui pourraient être antérieurs au XIe siècle.

Notre-Dame-du-Puy : Le portail

Figeac : Vue générale sur Saint-Sauveur et la tour du Viguier.

Figeac : La place des écritures rend hommage à Jean-François Champollion, le plus célèbre enfant de Figeac. Enchâssée dans un ensemble architectural médiéval, son sol est couvert d'une reproduction monumentale de la pierre de Rosette (14 x 7 m), sculptée dans du granite noir du Zimbabwe par l'artiste conceptuel américain Joseph Kosuth. Inaugurée en avril 1991, cette importante œuvre contemporaine demande également à être contemplée depuis le jardin suspendu du musée qui domine la place. Dans une courette attenante, la traduction en français des inscriptions est gravée sur une plaque de verre.

Figeac : Une maison médiévale de marchands, place Champollion.

Figeac : Maison du XIIIe siècle, rue Emile Zola.

Maison du XIIIe siècle, rue Emile Zola (Détail).

Figeac : Maison du XIIIe siècle rue Emile Zola (Détail).

Figeac : La Tour du Viguier date du XIVe siècle.

Figeac: Détail du Palais Balène, rue Balène, près du Célé.

Figeac : La ville est riche de ses maisons, qui alternent généralement pierres de gré et pans de bois. Au détour de ruelles discrètes, le promeur ou visiteur découvre de nombreux décors sculptés, des cours intérieures, de somptueux escaliers...

Figeac : Vieille rue, rue du Canal.

Figeac : Le Célé

La place aux herbes

Figeac

Figeac : Tour de l'hôtel de Colomb.

Figeac

Figeac : Vieilles rues à parcourir...

Figeac : Il convient de découvrir ces vieilles rues.

Figeac : Vieilles rues, on ne s'en lasse pas.

Dans les vieilles rue de Figeac : Ancienne porte.

Au hasard des vieilles rues de Figeac...

 



St Marc

Mardi 25 Avril 2017