Notre pérégrination d'aujourd'hui débute par une rencontre inattendue!

De bien belles rencontres à vrai dire où le blanc et le noir sont en harmonie!

Le village de Larceveau se montre avec toute sa beauté dans un écrin de verdure....

Au km 8,2 nous découvrons le Christ de Galzetaburu...

Le calvaire de Gatzetaburu à double face exhibe le Christ d'un côté de la croix et la Vierge de l'autre.

A Gamarthe l'église et la Mairie sont accouplées...

Détail de l'accouplement...

Merci pour cette signalétique qui rappelle que la route est empruntée par des cheminants variés; promeneurs, randonneurs et bien sûr, pèlerins.

Le village de Lacarre est ravissant dans un cadre de verdure qui le met davantage encore en exergue!

A priori les pèlerins ne sont pas seuls!

Le château d'Apat sur la commune de Bassunaritz. Il appartient à la même famille depuis le XIIIe siècle fief du royaume de la Basse Navarre rattachée à la France par Henri IV.

Le château dans son parc...

Dès l'arrivée à Saint-Jean-le-Vieux on découvre l'église Saint-Pierre d'Usakoa qui  date des XIIe et XIIIe siècles...

Saint-Jean-Le-Vieux :Croix de carrefour, sur la place centrale.

Détail de la croix

Revenons à l'église Saint-Pierre d'Usakoa qui dépendait du monastère de Roncevaux.....

... il ne reste qu’un portail roman restauré en 1630....

...et un chrisme sur le tympan....

...sur les chapiteaux sont représentés des lions et des serpents et des voussures ornées.

Le retable de l'église Saint Pierre. L'intérieur de l'église est typiquement basque.

Nous ne saurions poursuivre notre chemin sans faire un léger détour par la chapelle Saint Blaise qui date du XIIe siècle, tout comme l'église de la Magdeleine et la chapelle Saint-Blaise d'Apat-Ospitalea. Comme son nom l'indique, cette dernière était une abbaye-hôpital, appartenant en 1286 aux Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem qui avec La Madeleine voisine assurait l’accueil des jacquets. Il n'en reste, près d'un vieux moulin, que la chapelle romane Saint-Blaise. L’abside de l'édifice a été détruite mais l'oculus et les voussures du portail, qui semblent gothique du XIIIe siècle, sont conservés. On peut voir un enfeu à l'intérieur. En surplomb, la croix dite de Ganelon surmonte une colonne monolithe, qui est un ancien gibet.

La chapelle Sainte Marie Madeleine  de la Recluse est localisée au bord de la rivière Laurhibar. Elle possède toujours son beau portail gothique protégé par un large porche. Son hôpital  était réputé pour accueillir les pèlerins atteints d'une maladie de peau...

Le choeur de la chapelle

La nef

Motif du plafond de la chapelle

La chapelle est entouré d'un balcon comme bon nombre d'églises en Pays Basque

Pierre funéraire localisée en la sacristie de la chapelle.

Saint-Jean-Pied-de-Port est en vue. La cité a été fondée à la fin du XIIe siècle, par le roi de Navarre, bien après le commencement du pèlerinage....

Enfin... nous y sommes !!

Geste immuable : se désaltérer en arrivant à l'étape de la journée...

On pénétre dans Saint-Jean-Pied-de-Port par la porte Saint-Jacques. Ouverte dans les remparts au XVe siècle, elle est améliorée en 1680 sous Vauban par le chevalier Deville qui bâtit la citadelle sommitale. Son appellation basque actuelle est Donibane-Garazi (Saint Jean de Garazi du nom des sommets de l'étape suivante) mais elle est plus récente.

Il suffit de franchir la porte...et l'aventure se poursuit.

Ce lieu, situé au 39, rue de la Citadelle, accueille des centaines de pèlerins chaque jour. Les conseils donnés par les hospitaliers pour l'étape "mythique" du franchissement des Pyrénées sont fort utiles.

Saint-Jean-Pied-de-Port : Nous descendons la célèbre rue de la Citadelle, bordée de ses coquettes maisons basques.

Qu'il est bon de poser le sac...avant de visiter cette belle cité.

Libérés du poids du sac, nous jouons les touristes et arpentons la célèbre rue de la Citadelle.

Maison Arkanzola. Datée de 1510, elle se signale par son étage à pans de bois et à remplage de briques en arêtes de poisson.

Rue de la Citadelle : Les linteaux de porte ciselés arborent, entre des motifs décoratifs, le nom de la maison, la date de sa construction, le nom des premiers propriétaires et parfois même leur profession. Le promeneur attentif peut y lire l'histoire de certaines familles de la ville.

Saint-Jean-Pied-de-Port : L' église Notre-Dame domine la Nive depuis le XIVe siècle. Le portail qui s'ouvre sur la rue de la Citadelle à côté de la porte Notre-Dame, est de style gothique.

Saint-Jean-Pied-de-Port : Eglise Notre-Dame. Bâtie en style gothique rayonnant sur des bases romanes, l'église présente une nef à deux bas-côtés, deux étages de tribunes, des piliers élancés, sans autre décor que la recherche de la ligne et un chœur polygonal. Elle possède un portail et des chevets ogivaux, une abside à cinq pans..

La porte Notre-Dame. Curieusement ouverte dans le clocher de l'église, elle donne d'un côté sur la rue de la Citadelle, de l'autre sur le pont Notre-Dame. Sa herse et ses impressionnants vantaux de bois sont bien conservés. Au-dessus de la porte est nichée une copie de la Vierge à l'Enfant qui, lors des guerres de Religion, trouva refuge en Haute Navarre et ne fut jamais restituée.

Au-dessus de la porte Notre-Dame, est nichée une copie de la Vierge à l'Enfant qui, lors des guerres de Religion, trouva refuge en Haute Navarre et ne fut jamais restituée.

L'hôtel de ville de Saint Jean Pied de Port

Tout pèlerin attend ce moment. Pour nous, si la météo le permet, nous vivrons la "mythique" étape Saint-Jean-Pied-De-Port/Ronceveaux qui nous fera franchir les Pyrénées.

La Nive semble bien calme...et se fait admirer par les pèlerins venus des trois chemins: Le Puy, Tours et Vézelay!

 



St Bernard

Dimanche 20 Août 2017