Saint-Félix-Lauragais est une ancienne bastide du Lauragais située sur l'ancienne route nationale 622 à 40 km au sud-est de Toulouse, traversée par le Laudot, la Vendinelle et la Rigole. Le village de Saint-Félix, perché sur une crête calcaire (cuesta) dominant la plaine de Revel et faisant face à l'extrémité ouest de la Montagne Noire, se trouve sur le chemin de la via Tolosane du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le territoire de la commun est peuplé depuis le Néolithique, comme l’atteste le mobilier préhistorique trouvé sur la commune et collectionné par Henri de Séverac (1831-1904), frère de Gilbert et oncle de Déodat. Une partie de sa collection est visible au Muséum de Toulouse. Le village est connu aussi sous le nom de Saint-Félix-de-Caraman. En 1167 les Cathares se réunissent ici au Synode de Saint-Félix sous la présidence du pope Nicétas, évêque des Bogomiles. Il a consolé les évêques cathares de France (du nord), Lombardie, Toulouse, Albi, Agen et Carcassonne. En 1921, la commune change de nom. Saint-Félix devient Saint-Félix-Lauragais. Depuis 1972, le village de Saint-Félix accueille la Fête de la Cocagne (du nom de la teinture bleu pastel) durant le week-end de Pâques qui replonge le village dans son contexte historique, et fait revivre aux visiteurs un village à la façon d’antan.

Saint-Félix-de-Lauragais : Eglise classée au titre des monuments historiques en 1920, sa Collégiale des XIVe et XVe siècles et ses orgues de Grégoire Rabiny datent de 1782. De style gothique, le clocher est du XIVe siècle et mesure 42 mètres de haut. La partie inférieure de la tour est pleine elle est flanqué de quatre tourelles à clochetons surmontées d'un ornement sculpté. La partie supérieure est octogonale à trois étages les deux derniers sont percés de d'arc en mitre. La flèche est couverte de dalles de pierre de Saïx (Tarn), qui ont remplacé, en 1841, l'ardoise d'origine. Un escalier à vis est situé dans une tourelle sur le coté Sud-ouest. Le Clocher renferme deux cloches de bronze, l'une datée de 1523, l'autre de 1760. Au-dessous du clocher sur son flanc nord s'ouvre l'entrée principale de l'église avec un arc gothique montrant une statue de Saint-Pierre.

Eglise Saint-Félix : vue du choeur.

Plafond du choeur de l'église Saint-Félix.

Eglise Saint-Félix : Détail du maître-autel.

Orgue de la tribune : Au XVe siècle, les chanoines avaient fait installer un orgue de chœur. Au 17e siècle , le chanoine-doyen De Crouzet a fait installer un orgue de tribune. Le travail a été confié au facteur d'orgues Grégoire Rabiny qui travailla de 1779 à 1781.

Orgue de la tribune : détail

Saint-Félix-de-Lauragais : La halle date du XVe siècle.

Paysage bucolique du Lauragais.

La Rigole, imaginée et conçue par Pierre Paul Riquet nous offre une belle opportunité de cheminer au fil de l'eau.

En moyenne, 90 millions de m3 d'eau sont nécessaires annuellement pour assurer le fonctionnement du canal. Riquet a conçu et réalisé un système d'alimentation complexe. Son idée est de capter les eaux de la montagne Noire, située à plusieurs dizaines de kilomètres, et de les amener au seuil de Naurouze, point le plus haut du futur canal, par l'intermédiaire de rigoles en tirant avantage du passage de la ligne de partage des eaux entre versant océanique et versant méditerranéen.  Deux rigoles sont creusées, la « rigole de la montagne » et la « rigole de la plaine » qui, initialement, connectent trois réservoirs au seuil de Naurouze.

Saint-Paulet : Ancien moulin. Henri de la Tour d'Auvergne-Bouillon, vicomte de Turenne, maréchal français du XVIIe siècle, dont le cœur fut conservé au château du village était natif de Saint Paulet

Saint Paulet est situé en plein coeur du Lauragais, une contrée qui a été une route d'invasions entre l'Atlantique et la Méditerranée depuis des millénaires. La date de ses premiers habitants n'est pas connue. Il semble que la région ait été habitée par des ibères puis envahie par les volques-tectosages vers le IVe siècle avant J.C.1. Ce peuple celte originaire des bords du Danube fonda Vielle Toulouse qui fut sa capitale. Les romains controlèrent la région dès 118 avant J.C. Lors de l'invasion de la Narbonnaise (on a découvert en 2006 une villa romaine de plus de 2000 ans au village voisin de Soupex). A l'époque Gallo-romaine, les vins italiens passaient par Saint-Paulet, sur la « route de rutènes » pour être livrés à ce peuple gaulois indépendant peuplant la région de Rodez. Cette route subsiste encore aujourd'hui sur le causse au dessus du village, c'est le chemin qui mène de Saint-Paulet à Montmaur. Plus tard, les wisigoths envahirent le Lauragais en 411 et firent de Toulouse leur capitale. Ils installèrent des positions fortifiées (dont St Paulet) sur les hauteurs qui dominent la plaine Lauragaise. Battus par clovis en 507 les wisigoths abandonnèrent Toulouse mais conservèrent le Lauragais. Saint-Paulet fut alors camp retranché à la frontière entre les Royaumes Franc et wisigoths. Deux siècles plus tard eut lieu l'épisode de l'invasion des sarrazins qui furent battus une première fois devant Toulouse en 721 puis à Poitiers en 732. A partir des environs de l'an 800, Saint-Paulet appartint au comté de Toulouse. La région gardait une grande indépendance jusqu'à la persécution des cathares (entre 1209 et 1321) et la mainmise de la couronne de France sur tout le sud. L'actuel château du village, remanié depuis date du XIIIe siècle.

 



St Bernard

Dimanche 20 Août 2017