Le un et le multiple (Saints Pierre et Paul ROSHEIM -Alsace): De part la chute originelle qui est une séparation, le Un s’est divisé dans le multiple, représenté ici par les vingt quatre visages qui entourent la colonne de ROSHEIM. Le Un n'est pas l'unité figée et le multiple n'est pas le pluriel désordonné. Le Un est la condition d'existence du multiple ce qui nous fait dire que le Un est véritablement le premier Principe. Cette conception du Un divisé dans le multiple est une invitation à réintégrer notre Être dans sa dimension originelle. Chaque parcelle de la création est un aboutissement, à notre degré de réceptivité, d'une somme d'énergies jouant les unes avec les autres. Ce que l'ésotérisme nous invite à faire c'est à réintégrer notre être dans sa dimension originelle qui est celle de l'unité. Il s agit donc, avant tout, d'une démarche qui conduit de la multiplicité vers l'unité.  Car la multiplicité ne peut exister qu’à condition que celle-ci dérive de l’unité. Nous pouvons donc comprendre que l’Un étant la condition d’existence du multiple, est en même temps prédominant sur l’âme et l’intellect. L’Un est donc véritablement le premier principe.

Le guide (CIVAUX -Poitou):Pour rétablir cette union avec le Principe, cette réintégration dans son "état primitif" et dans "les droits qu'il a perdus", l'homme peut-il l'opérer par lui seul ? Absolument pas. Ce serait, de sa part, se rendre coupable d'une entreprise orgueilleuse similaire à celle qui provoqua sa chute originelle. Cette réintégration, c'est-à-dire ce retour à l'intégrité première, exige la médiation d'un être qui, à l'instar de l'homme, soit doté d'une double nature, d'une part spirituelle, et d'autre part corporelle. Toutefois, à la différence de l'homme actuel, dont les deux natures sont l'une et l'autre "corrompues" par la chute, elles sont, chez cet être, toutes deux dans l'état de pureté, d'innocence et de perfection glorieuse où elles étaient initialement chez l'homme. Tout le monde aura compris qu’il s’agit de ce qu’on appelle le "divin Médiateur", la double nature divine. C’est l’ange personnel qui vient ici nous tendre la main en appuyant sont pouce sur la troisième phalange de notre index.

Le silence (MOZAC - Puy de Dôme):Sur le Chemin nous sommes souvent placés en face de la Vérité, du Mystère dans le sens le plus noble du terme. Nous sommes littéralement dans l'inexprimable. Il s'agit d'une communication avec le Principe suprême au travers de la Nature. Non seulement ce n'est que dans et par le silence que cette communication peut être obtenue, parce que le Grand Mystère est au-delà de toute forme et de toute expression, mais le silence lui-même "est le Grand Mystère". Le langage est tellement impuissant à exprimer la plénitude du mystère. C’est la raison pour laquelle le silence absolu de la méditation est d’une importance suprême. Nous ne cherchons pas à penser à Dieu, à parler à Dieu ou à imaginer Dieu. Nous nous tenons dans ce silence stupéfiant, ouvert au silence éternel de Dieu. Mais déjà, le mot « Silence » dénature l’expérience et peut faire peur à beaucoup de gens, parce qu’il suggère une expérience négative, la privation de son ou de langage.  De même que tout temple est érigé sur une crypte, de même l'homme, qui est à l'image du Temple, possède une crypte silencieuse au sein de laquelle, ses intuitions puisent leurs forces.  Le silence de la prière n’est pas l’état pré-linguistique mais post-linguistique dans lequel le langage a accompli sa tâche de nous conduire à travers et au-delà de lui-même et de tout l’univers de la conscience mentale. Le silence éternel n’est privé de rien, et il ne nous prive de rien. C’est le silence de l’amour, de l’acceptation sans condition.

L'Union Saint Nicolas MAILLEZAIS (Vendée): Observons cette chaîne verticale formée par les petits personnages superposés. Elle est verticale plutôt qu’horizontale comme les lois de la gravité nous y contraignent normalement. Nous constatons que cette chaîne verticale est identique à un long fil à plomb. Qui relierait  le Ciel à la Terre… Que trouverait-on au sommet de cette chaîne, au zénith ? La réponse est simple : le Principe de l’Etre, puisque cette chaîne serait alors l’axe du monde, c'est-à-dire l’axe qui relie en leur centre, tous les états de l’Etre.

Adam et Eve chassés du paradis (San Martin FROMISTA) Adam et Eve doivent sortir du Jardin et changer d’état. Ils étaient des êtres plus spirituels que matériels, ils deviennent l’inverse. C’est cet acte qui est à l’origine de la dualité et le début de l’opposition des deux principes. C’est à partir de la chute que s’est opérée cette division entre la matière et l’esprit, la terre et le ciel, le jour et la nuit, entre Jakin et Boaz. C’est comme si le delta rayonnant était tombé et s’était cassé en deux parties. D’un coté l’équerre et de l’autre le compas. Ces deux éléments sont maintenant séparés, mais attirés l’un vers l’autre dans une tentative de restauration du delta originel. Le corps devient matériel et donc pesant, c’est pour ceci que Adam ploie les genoux, plus tard l’on dira qu’il porte dorénavant un fardeau.

                   La tentation (VEZELAY chapiteau partie haute Nord). Le mythe de la chute, c'est surtout l'histoire d'une rupture : rupture de l'homme avec Dieu, d'où, dans une certaine mesure, de l'homme avec l'univers. C'est l'histoire d'une chute, et non d'une déchéance. Il s’agit d'une rupture soudaine et  d'une rébellion, et non pas d'une descente progressive et fatale.

Le pied Saint Parize le Chatel : On a longtemps cru que cet homme ne possédait qu’une jambe et se protégeait ainsi du soleil avec son seul pied. Mais les imagiers romans ne pouvaient se permettre ce genre de fantaisie. Le chrétien vient dans une église, à plus forte raison dans une crypte, comme ici à Parizé, pour y prier et y méditer. Les représentations sur les chapiteaux devaient l’aider dans cette quête. Nous avons à faire ici à un retournement réussi. Si le pied a une taille tout à fait démesurée, c’est pour montrer que la nouvelle démarche, due à la réussite du retournement, en s’enracinant ainsi dans le ciel, a conquis une assise particulièrement solide et stable.

Le mariage Civaux (Poitou): Etre Un, c’est retrouver ce double céleste en soi. Le double en question est celui qui a pour vocation de nous faire sortir du piège de la matière où nous sommes tombés pour des raisons inexprimables. Celui qui nous tend la main comme depuis l’au-delà, et qui nous appuie son pouce sur la première phalange de l’index nous supplie d’avoir la force de saisir cette main théophore. Il est celui qui vient radicalement de l’autre côté et qui nous relèvera un jour, plus radieux que jamais.

Le porteur d’animaux (Saint Nectaire): Ce n’est pas le bon pasteur qui vient ramener une brebis égarée. C’est l’homme de la chute qui ploie les genoux sous le poids de son fardeau, représenté ici par son animalité qu’il agrippe fermement avec ses deux mains.

L'homme de la chute (Saint Philibert-Tournus): L’homme, tombé dans la matière est dorénavant sans vêtement. C’est son animalité qui prend le dessus et dont il est maintenant prisonnier. La main dirigée vers le ciel, pour dire : "C'est de là que je viens", le nombre de côtes asymétriques pour signifier l'état d'Adam à qui l'on a retiré une côte, le tambourin dirigé vers la terre pour révéler l'attraction vers le bas et évoquer le montreur d'animaux mais aussi le nombril en spirale pour évoquer la remontée possible à partir du centre.

Le retournement Saint Pierre d’Aulnay en Saintonge. L’homme de ce chapiteau prend appui sur le sol et il s’efforce de projeter en l’air la partie inférieure de son corps. Autrement dit, il s’efforce de se retourner, de changer du tout au tout. C’est pour lui une entreprise difficile. - Tous ces retournements nous signifient que l’homme essaie de se modifier intérieurement mais que ce n’est pas chose aisée. La compréhension d'un univers symbolique traditionnel n'est possible que si nous avons effectué le retournement de l'extérieur vers l'intérieur.

 



St Georges

Dimanche 23 Avril 2017